Cinéma, le septième art

Ici vous pourrez parler de tout et de rien avec les autres membres.

Re: Cinéma, le septième art

Messagepar Spolini le Dim 9 Février 2020 23:54

@Vince et Alex

J'vous trouve un peu dur, c'est une des meilleurs années en terme de cinéma surtout si on prend en compte cette dernière decade. Il y a débat avec celle de 2014.

Parasite de Bong Joon-ho
Irishman de Scorsese
Joker de Todd Philips
1917 de Menedes
Once upon a time.. de Tarantino
Ford vs Ferrari de Mangold
etc..

Sinon assez content pour Brad et Joaquin qui vont avoir leur premier Oscar après de longue année de disette. Ce n'est pas leur meilleur performance mais bon.
:sweatdrop:
Image

The greatest trick the devil ever pulled was convincing the world he didn’t exist.
Avatar de l’utilisateur
Spolini
Remplaçant
 
Messages: 1017
Inscription: Mar 22 Juillet 2014 06:23
Localisation: Stade Mohammed-V. Curva Nord.



Re: Cinéma, le septième art

Messagepar alex-kidd le Lun 10 Février 2020 02:23

Spolini a écrit:@Vince et Alex

J'vous trouve un peu dur, c'est une des meilleurs années en terme de cinéma surtout si on prend en compte cette dernière decade. Il y a débat avec celle de 2014.

Parasite de Bong Joon-ho
Irishman de Scorsese
Joker de Todd Philips
1917 de Menedes
Once upon a time.. de Tarantino
Ford vs Ferrari de Mangold
etc..

Sinon assez content pour Brad et Joaquin qui vont avoir leur premier Oscar après de longue année de disette. Ce n'est pas leur meilleur performance mais bon.
:sweatdrop:


De bons films, pas de quoi être Oscarisés selon moi. Par exemple je trouve qu'on s'embrase facilement sur Joker (que j'ai trouvé intéressant, rien d'autre) puisqu'on a très peu de choses de vraiment grande qualité. Il y a 15 ans il aurait même pas passé la sélection.

Et j'ai toujours pas parlé d'Irishman :siffler:
Image
"Quelque chose que sans un pli, sans une tache,
J’emporte malgré vous, et c’est… c’est ?… Mon panache."
Avatar de l’utilisateur
alex-kidd
Licencié
 
Messages: 1066
Inscription: Mar 20 Février 2018 18:21



Re: Cinéma, le septième art

Messagepar Vince-Blaugrana le Lun 10 Février 2020 04:30

Pas de quoi être oscarisé, comme ceux des années précédentes quoi.

Pas tout vu dans la liste. Par défaut (en attendant de tout voir) je mettrais "Joker", qui reste un film marquant.

alex-kidd a écrit:Et j'ai toujours pas parlé d'Irishman :siffler:


Vas y, lâche toi. :man:

------

Edit : Triplé meilleur film + meilleur scénario et meilleur réalisateur pour Parasite qui poutre tout le monde. + la Palme d'or, une première je pense.

Pas de surprise pour le reste.
Image

Les meilleurs buteurs de l'histoire :
3. Edson do Nascimento (Brasil): 757
4. Cristiano dos Santos Aveiro (Portugal): 729
5. Lionel Messi (Argentina): 720
Avatar de l’utilisateur
Vince-Blaugrana
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 13218
Inscription: Lun 12 Avril 2010 13:41
Localisation: Ballon au pied gauche.



Re: Cinéma, le septième art

Messagepar fooooox le Lun 10 Février 2020 08:44

Content pour Parasite, Joker est un très bon film, mais il tient essentiellement sur la performance de Phoenix. Phonenix et Pitt ont raflé leurs prix dans chaque festival non ?

Content de voir aussi que 1917 ne gagne que des oscars secondaires, complètement surcoté ce film, même si pas mauvais. Par convaincu par l'oscar de la meilleure photo d'ailleurs.
Image
Avatar de l’utilisateur
fooooox
International
 
Messages: 4977
Inscription: Sam 22 Octobre 2011 18:17
Localisation: Dimension C-137



Re: Cinéma, le septième art

Messagepar elmagio le Lun 10 Février 2020 11:07

fooooox a écrit:Par convaincu par l'oscar de la meilleure photo d'ailleurs.


10€ qu'il obtient cet oscar en grande partie grâce à la scène de nuit, très jolie mais sans queue ni tête.

Sinon le palmarès tient largement la route, même si encore une fois l'Oscar du meilleur film d'animation ressemble à l'Oscar du Pixar de l'année. Toy Story 4 est le pire de la saga à tous les points de vue, mais bon. :bye:
Image
Avatar de l’utilisateur
elmagio
Ballon d'Or
 
Messages: 11118
Inscription: Lun 22 Juin 2009 23:14
Localisation: En Un Momento Dado



Re: Cinéma, le septième art

Messagepar Superpaf le Lun 10 Février 2020 11:14

Content pour Parasite. Et évidement pour Brad Pitt. Oscar amplement mérité, c’est celui qui m’a le plus impressionné cette année.

Parasite j’ai vraiment beaucoup aimé, et ça fait plaisir de le voir remporter l’Oscar du meilleur film devant Joker. Vu qu’il critique de bien meilleur façon et avec beaucoup plus de cynisme, la société actuelle.

Joker est intéressant, mais franchement, comme alex-kidd, tu le fous il y a dix ans face à d’autre film, on en parle même pas. Phœnix est très bon. Mais franchement, si le cinéma se résume à ça maintenant...

Mon coup de cœur restera pour Once upon a time. L’ambiance. La musique. Le jeu d’acteur. Tout les messages cachés. La fin jouissive typique de Tarantino... J’attend avec impatience une version longue.
Image
Avatar de l’utilisateur
Superpaf
Pieds carrés
 
Messages: 1828
Inscription: Lun 23 Novembre 2009 13:20
Localisation: Sur un terrain d’athlétisme pour le test de Cooper



Re: Cinéma, le septième art

Messagepar fooooox le Lun 10 Février 2020 11:18

@elmagio : Fort possible oui. Je n'ai pas vu The Irishman ni The Lighthouse, mais rien que Joker le méritait plus.
L'éclairage n'était pas tape à l'oeil comme la scène de nuit dont tu parles, mais il était très pertinent, dans le sens ou elle accentuait l'atmosphère de chaque scène, que ce soit en intérieur, ou en extérieur, avec cette ville qui est presque un personnage à part entière.

---

Pas touche à Toy Story 4 par contre. :weight_lift2:
Je ne suis pas du tout objectif concernant cette saga et les Pixar de manière générale, et je n'étais pas convaincu du tout par le fait de faire une suite, mais au final je la trouve très juste. Le 3 était une conclusion idéal, mais presque trop, alors que le 4 est plus raccord avec ce que peut être la vie. Frustrant, triste, à l'image de ce qu'on a déjà tous vécu.

Et techniquement c'est juste incroyable. Le niveau de détail des personnages, les lumières dans la scène avec la bergère, c'est de la folie.

---

@Superpaf : Il y a 10 ans c'était Démineur en face, tu es sur de ce que tu dis ? :man:

Concernant Once Upon a Time je suis plus partagé que toi. Si tu enlèves le personnage de Brad Pitt le film serait un peu chiant quand même non ? Et je trouve que les différents arcs mettent du temps à se rejoindre, vers les 2/3 du film je me suis quand même demandé ou tout ça allait.

Un très bon film, mais pas un Tarantino spécialement marquant je trouve.
Image
Avatar de l’utilisateur
fooooox
International
 
Messages: 4977
Inscription: Sam 22 Octobre 2011 18:17
Localisation: Dimension C-137



Re: Cinéma, le septième art

Messagepar Superpaf le Lun 10 Février 2020 12:58

fooooox a écrit:@Superpaf : Il y a 10 ans c'était Démineur en face, tu es sur de ce que tu dis ? :man:

Concernant Once Upon a Time je suis plus partagé que toi. Si tu enlèves le personnage de Brad Pitt le film serait un peu chiant quand même non ? Et je trouve que les différents arcs mettent du temps à se rejoindre, vers les 2/3 du film je me suis quand même demandé ou tout ça allait.

Un très bon film, mais pas un Tarantino spécialement marquant je trouve.


Shutter Island, Inception, Toy Story 3, True Grit, Dragon. C’était pas mal je trouve. :man:

Pour Once upon a time, les avis sont partagés, et je le comprend facilement.

Faut savoir que je suis aller voir le film, je savais même pas de quoi ça parlait. J’étais pas un grand suiveur de Tarantino (je me suis rattrapé depuis).

Quand le film démarre, pour moi, tout change quand je vois Polanski, Sharon Tate et que je capte que ça se passe quand elle se fait assassiner. Je me dis que Manson y est représenté. Même si on le voit trente secondes, en parler et faire un film est toujours casse gueule. Et j’ai adoré la façon de faire de Tarantino.
J’ai toujours été intéressé par ses histoires de serial killer, et Manson est LE sujet à ce niveau.
Je suis retourné le voir avec un pote qui ne savait pas qui était Sharon Tate. Et n’a pas compris pour la Manson Family. Il ne connaissait pas cette histoire. Et il n’a pas aimé. Et c’est normal. Il m’a même dit que Margot Robbie servait à rien, avant que je lui raconte l’histoire de Manson.

Ensuite, il y a une vrai ambiance de coolitude dans ce film. Et franchement ça fait du bien. Brad Pitt l’incarne parfaitement. Mais pas que. Toute l’ambiance. La musique. Les couleurs ambiantes. C’est chaleureux je trouve. Et en ses temps où on te bassine avec les attentats, la crise, les guerres, ben j’ai kiffé.

Ensuite, Tarantino envoie énormément de messages dans son film. Déjà pour le cinéma via Di Caprio. Et démonte un peu que c’est une vie de rêve. Alors que c’est une précarité énorme. Avec les problèmes d’alcoolisme de Di Caprio. Plus le fait que c’est devenu un has been après un mauvais choix de carrière.
Brad Pitt incarne les mecs que l’on ne voit jamais. Et c’est un contraste parfait avec Di Caprio. Brad Pitt vit dans une caravane. Di Caprio dans une villa. Pourtant ça les empêche pas de se serrer les coudes dans leur métier. Et d’être ami. Car tout les deux sont menacé. Constamment.
Il arrive en entre mêler scènes de cinéma avec Rick Dalton via son métier (Western et Policier principalement) et dans la vrai vie avec Cliff Booth (Art Martiaux avec Bruce Lee, Horreur quand il est dans le Spahn Ranch). Et bien évidemment son style à lui dans la scène de fin.
Évidemment toutes les scènes de Di Caprio sont des hommages à ce cinéma qu’a kiffé Tarantino. Moi j’ai été emporté dans cette univers. D’autre non. C’est compréhensible.
Il parle discrètement de féminisme et du #MeToo aussi.
Brad Pitt refuse de se faire sucer par la hippie dans sa bagnole. Car il veut pas aller en taule, vu qu’il sait pas si elle est majeur. Car il a déjà était suspecté d’avoir tué sa femme alors qu’il n’y a aucune preuve. Le mec, sa réputation est niqué a cause de ça. D’ailleurs le perso de Cliff Booth est directement inspiré du cascadeur Donald Shea, victime de la Manson Family. Et dans le film, Cliff démonte le hippie qui dans la vraie vie tue Donald Shea. Marrant.

Puis le message envoyé aussi, c’est qu’à cette époque, la mentalité était vraiment cool. Détendu. Et je pense que c’est la nostalgie de Tarantino qui parle. Regrettant cette époque. Et la fin est un message en disant que
si Sharon Tate n’était pas morte, il n’y aurai pas eu ce début de mouvement de panique et de paranoïa des USA. Et donc il réécrit l’histoire en butant Tex and co par Brad Pitt et Di Caprio, qui représentent cette cool attitude.


Il passe en revue sa vision du cinéma et du climat d’aujourd’hui via ce qui s’est passé à ce moment là, comme étant un déclencheur de plus. Ça a impacté le cinéma qu’il aimait, et c’est un hommage pour lui à ce cinéma disparu. Moi qui ne suis pas cinéphile, j’ai pourtant vraiment ressenti cela.

Mais je pense que c’est son film qui divise le plus. Moins spectacle. Moins intense. Mais avec un scénario vachement travaillé, bourré de références.

Je suis d’accord, Brad Pitt est l’élément central du film. D’ailleurs il gagne l’Oscar. Ça veut tout dire. Mais tout film a un élément central et le reste tourne autour. après le reste, et c’est la magie du cinéma, c’est selon la sensibilité de chacun. Moi j’ai adoré. Car ça représente vraiment une vie que j’aurai aimé vivre dans une ambiance pareil.
Image
Avatar de l’utilisateur
Superpaf
Pieds carrés
 
Messages: 1828
Inscription: Lun 23 Novembre 2009 13:20
Localisation: Sur un terrain d’athlétisme pour le test de Cooper



Re: Cinéma, le septième art

Messagepar elmagio le Lun 10 Février 2020 13:44

fooooox a écrit:@elmagio : Fort possible oui. Je n'ai pas vu The Irishman ni The Lighthouse, mais rien que Joker le méritait plus.
L'éclairage n'était pas tape à l'oeil comme la scène de nuit dont tu parles, mais il était très pertinent, dans le sens ou elle accentuait l'atmosphère de chaque scène, que ce soit en intérieur, ou en extérieur, avec cette ville qui est presque un personnage à part entière.


J'aurais donné à Joker aussi, si l'écriture du film n'était pas irréprochable, résumer le film à Phoenix c'est zapper sa BO (récompensée) et l'exceptionnelle cinématographie.

Et comme toi je qualifierai 1917 de tape à l'oeil à ce niveau, avec des plans qui donnent bien mais qui ne sont pas très pertinents.

Pas touche à Toy Story 4 par contre. :weight_lift2:
Je ne suis pas du tout objectif concernant cette saga et les Pixar de manière générale, et je n'étais pas convaincu du tout par le fait de faire une suite, mais au final je la trouve très juste. Le 3 était une conclusion idéal, mais presque trop, alors que le 4 est plus raccord avec ce que peut être la vie. Frustrant, triste, à l'image de ce qu'on a déjà tous vécu.

Et techniquement c'est juste incroyable. Le niveau de détail des personnages, les lumières dans la scène avec la bergère, c'est de la folie.


Évidemment que TS4 n'est pas à ch***, et que techniquement Pixar reste la référence en animation 3D, mais franchement Toy Story 4 t'emmène quelque part ou tu n'as pas déjà été, que ce soit avec un autre Pixar ou un autre Toy Story?

Klaus est sans doute moins "avancé" techniquement parlant mais il fait des choses que l'on n'a pas vu 10 fois auparavant.

Et j'ai pas encore vu "J'ai Perdu mon Corps" mais ça aurait été bien qu'un film "adulte" (non pas de NSFW :man: ) soit récompensé dans la catégorie pour changer, même si de la part d'une Académie qui a récompensé Ratatouille plutôt que Persepolis fallait pas s'attendre à un miracle.
Image
Avatar de l’utilisateur
elmagio
Ballon d'Or
 
Messages: 11118
Inscription: Lun 22 Juin 2009 23:14
Localisation: En Un Momento Dado



Re: Cinéma, le septième art

Messagepar alex-kidd le Jeu 13 Février 2020 23:13

fooooox a écrit:1917 est différent, déjà parce qu'il traite de la première guerre mondiale, et aussi, et surtout, parce qu'il est construit comme un seul (faux) plan séquence. Il traite donc une période assez courte (une petite journée), et se "contentera" de suivre deux soldats en mission. Pas de bataille gigantesque donc, mais une immersion saisissante dans l'univers des tranchés.

Moi qui suis assez réfractaire au style j'ai passé un vrai bon moment, avec des purs moments de cinéma. Donc en tant qu'amateur de film de guerre tu devrai prendre ton pied. A voir au cinéma si possible évidemment.


Pas vu au cinéma malheureusement mais j'ai passé un bon moment. Je sais pas si c'est le style qui fait ca (faux plan séquence qui tient sur la surprise du récit) mais je ne vais pas aller le revoir en salle. Cependant j'ai passé un très bon moment. Quelques incohérences
artillerie censée être en retrait mais qui touche au deuxième coup, la partie dans la ville au matin ou ca balance du fumi de partout. Surtout j'ai pas compris pourquoi le Gewehr 98 a droit à de si mauvais tireurs
qui ne m'ont pas fait décrocher. J'étais tenue en haleine du début à la fin.

De vrais salopards ces allemands :thumbup1:

Place à Incendies sous les conseil de Bounia :weight_lift2:
Image
"Quelque chose que sans un pli, sans une tache,
J’emporte malgré vous, et c’est… c’est ?… Mon panache."
Avatar de l’utilisateur
alex-kidd
Licencié
 
Messages: 1066
Inscription: Mar 20 Février 2018 18:21



PrécédenteSuivante

Retourner vers Le Cyber Café

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 19 invités