Culture pour les nuls

Ici vous pourrez parler de tout et de rien avec les autres membres.

Culture pour les nuls

Messagepar Rivaldo89 le Mer 4 Janvier 2012 19:16

Voilà un petit topic pour partager vos petites réflexions de culture générale. Histoire, géographique, économie, sciences… tout a sa place. Mais sans prendre la tête!

Le but, c’est de partager et non de se la raconter. Je compte sur votre coopération.





J’ouvre le bal avec quelque chose de classique.

Aux États-Unis, la fête nationale, c’est le 4 juillet. Mais on s’en tape! En France, c’est le 14 juillet. Vous me direz aussi « on s’en tape! »: je suis d’accord. Mais une petite précision vous permettra de faire les rabat-joies pédants à la prochaine fête nationale.

En 1789, une conjonction de facteurs précipite la France dans la ruine: problèmes financiers, rigidité des institutions (la noblesse refuse qu’on prélève son argent, un peu comme les riches Grecs qui ont déposé des millions dans les banques suisses et américaines - comme dirait Mélenchon: « Y’a du pognon, faut aller le chercher! - », et surtout une série de récoltes désastreuses.

Effectivement, à l’époque, l’économie est complètement subordonnée à l’agriculture. L’alimentation est le premier poste de dépenses des les ménages (si je puis me permettre ce terme anachronique).

Donc, quand les récoltes sont mauvaises -> les graines deviennent rares -> le prix des graines augmente -> les gens n’ont plus l’argent pour acheter du pain, et ne parlons même pas des biens industriels ou de service. Vous savez maintenant pourquoi on peut dire « blé » pour désigner l’argent.

En fait, c’est pas une question de droit et de démocratie, les gens ont vraiment les boules quand le ventre est vide. D’où un ensemble de manifestations violentes qui aboutissent à la prise de la prison de la Bastille un certain 14 juillet.

À partir de là, une série de négociations s’ouvre pour déboucher sur de nouveaux statuts favorables surtout à la bourgeoisie. Il s’agit de libéraliser la politique et l’économie française pour faire un peu de place à tous les nouveaux riches.

Chiant d’avoir un max de blé quand on peut pas accéder au pouvoir non? Si l’argent, c’est pas le pouvoir, l’argent sert pas à grand-chose (juste à vivre allègrement quand les autres crèvent de faim à chaque crise, mais c’est rien du tout ça).

La situation convient assez bien aux deux parties (noblesse - bourgeoisie). Il s’agit maintenant de pacifier tout ce beau monde: notamment les miséreux qui sont assez turbulents à l’époque. Une fois qu’ils ont été bien instrumentalisés, il faut les calmer.

On s’inspire alors du modèle constitutionnel anglais. Car, même si les Français sont fiers de leur révolution, les premiers à instaurer une forme de démocratie indirecte sont nos amis de la perfide Albion. La monarchie constitutionnelle est appliquée en 1688-89 après la « Glorieuse Révolution »: le principe: le monarque garde son poste mais il doit partager le pouvoir avec les représentants du parlement.

Pour maintenir Louis XVI (c’est impensable à l’époque de mettre une fin à la monarchie, dans les 3 États), un ensemble de manifestations a lieu pour rassembler les Français.

La date retenue pour la fête la plus spectaculaire, la Fête de la Fédération, c’est l’anniversaire de la prise de la Bastille. Il faut remplacer dans l’imaginaire collectif un événement conflictuel par un événement pacifiste.

Le défilé du 14 juillet 1790 a lieu sur le Champ de Mars, à Paris. Il rencontre un franc succès. On remet même ça un an plus tard. Après… les choses se gâtent un peu.


Il n’est donc pas étonnant que, sous la IIIème République, à un moment où la France est partagée entre légitimisme, orléanisme, napoléonisme et républicanisme, l’on ait décidé de commémorer la Fête de la Fédération un 14 juillet. C'était en 1880. Le but encore une fois, unir les Français.
Image
Avatar de l’utilisateur
Rivaldo89
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 10151
Inscription: Ven 15 Juin 2007 23:20



Re: Culture pour les nuls

Messagepar Kikujiro le Mer 4 Janvier 2012 20:42

Markomir a écrit:On s’inspire alors du modèle constitutionnel anglais. Car, même si les Français sont fiers de leur révolution, les premiers à instaurer une forme de démocratie indirecte sont nos amis de la perfide Albion. La monarchie constitutionnelle est appliquée en 1688-89 après la « Glorieuse Révolution »: le principe: le monarque garde son poste mais il doit partager le pouvoir avec les représentants du parlement.

La révolution durant le règne de Louis le Grand? Tu m'apprends pas mal de choses... :man: :man: :man:
ImageImage
The lack of money is the root of all evil. Mark Twain
Avatar de l’utilisateur
Kikujiro
Le Chinois
 
Messages: 3072
Inscription: Ven 10 Juillet 2009 20:27
Localisation: A la chasse aux Bears



Re: Culture pour les nuls

Messagepar Rivaldo89 le Mer 4 Janvier 2012 20:43

Fail... relis ma phrase. Je parle de l'Angleterre. :bangin:
Image
Avatar de l’utilisateur
Rivaldo89
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 10151
Inscription: Ven 15 Juin 2007 23:20



Re: Culture pour les nuls

Messagepar Kikujiro le Mer 4 Janvier 2012 20:50

Markomir a écrit:Fail... relis ma phrase. Je parle de l'Angleterre. :bangin:

FUUUUUUUUUUUUUUUUUUUU...

Tu parles du truc où ils ont coupé la tête de leurs rois à la hache? Charles 1er et la bande à Cromwell? C'est pas plus tôt non? En 1640 et quelques.
ImageImage
The lack of money is the root of all evil. Mark Twain
Avatar de l’utilisateur
Kikujiro
Le Chinois
 
Messages: 3072
Inscription: Ven 10 Juillet 2009 20:27
Localisation: A la chasse aux Bears



Re: Culture pour les nuls

Messagepar Taser le Mer 4 Janvier 2012 20:58

Kikujiro a écrit:Tu parles du truc où ils ont coupé la tête de leurs rois à la hache? Charles 1er et la bande à Cromwell? C'est pas plus tôt non? En 1640 et quelques.


1640 une première révolution, en 1688 une deuxième.
Image
Avatar de l’utilisateur
Taser
Légende
 
Messages: 15438
Inscription: Dim 9 Janvier 2011 08:31
Localisation: Jamais en Lusitanie!



Re: Culture pour les nuls

Messagepar Rivaldo89 le Mer 4 Janvier 2012 20:59

Il y a effectivement une révolution en Angleterre dans les années 1640, qui aboutit à la décapitation de Charles Ier en 1649. C'est le début d'une période républicaine (sous Cromwell) de 11 ans qui se termine par la Restauration en 1660.

Le souci, c'est que la maison Stuart revient à l'absolutisme sous la Restauration. Il faut une révolution en 1688 pour que la monarchie devienne durablement constitutionnelle. Fait remarquable de la révolution: elle s'est déroulée paisiblement après des négociations.

Le roi est maintenu, tout comme la maison Stuart (même si c'est pour une 20aine d'années seulement).
Image
Avatar de l’utilisateur
Rivaldo89
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 10151
Inscription: Ven 15 Juin 2007 23:20



Re: Culture pour les nuls

Messagepar Rivaldo89 le Jeu 5 Janvier 2012 00:15

L'histoire des âmes soeurs dans le Banquet de Platon. Contée par Aristophane.

Maintenant vous savez d'où ça vient. C'est magnifique. :blushing:

"À la bonne heure, Éryximaque, dit Aristophane. Aussi bien je me propose de parler bien autrement que vous avez fait, Pausanias et toi. Il me semble que jusqu'ici les hommes n'ont nullement connu la puissance de l'Amour ; car s'ils la connaissaient, ils lui élèveraient des temples et lui offriraient des sacrifices ; ce qui n'est point en pratique, quoique rien ne fût plus convenable: car c'est celui de tous les dieux qui répand le plus de bienfaits sur les hommes ; il est leur protecteur et leur médecin, et les guérit des maux qui s'opposent à la félicité du genre humain. Je vais essayer de vous faire connaître la puissance de l'Amour, et vous enseignerez aux autres ce que vous aurez appris de moi.

Mais il faut commencer par dire quelle est la nature de l'homme et quels sont les changements qu'elle a subis.

La nature humaine était primitivement bien différente de ce qu'elle est aujourd'hui. D'abord, il y avait trois sortes d'hommes, les deux sexes qui subsistent encore, et un troisième composé des deux premiers et qui les renfermait tous deux : il s'appelait androgyne ; il a été détruit, et la seule chose qui en reste, est le nom qui est en opprobre. Puis tous les hommes généralement étaient d'une figure ronde, avaient des épaules et des côtes attachées ensemble, quatre bras, quatre jambes, deux visages opposés l'un à l'autre et parfaitement semblables, sortant d'un seul cou et tenant à une seule tête, quatre oreilles, un double appareil des organes de la génération, et tout le reste dans la même proportion.

Leur démarche était droite comme la nôtre, et ils n’avaient pas besoin de se tourner pour suivre tous les chemins qu’ils voulaient prendre ; quand ils voulaient aller plus vite, ils s’appuyaient de leurs huit membres, par un mouvement circulaire, comme ceux qui les pieds en l’air imitent la roue. La différence qui se trouve entre ces trois espèces d’hommes vient de la différence de leurs principes : le sexe masculin est produit par le soleil, le féminin par la terre, et celui qui est composé de deux, par là lune, qui participe de la terre et du soleil.

Ils tenaient de leurs principes leur figure et leur manière de se mouvoir, qui est sphérique. Leurs corps étaient robustes et leurs courages élevés, ce qui leur inspira l’audace de monter jusqu’au ciel et de combattre contre les dieux, ainsi qu’Homère l’écrit d’Éphialtès et d’Otos.

Jupiter examina avec les dieux ce qu’il y avait à faire dans cette circonstance. La chose n’était pas sans difficulté : les dieux ne voulaient pas les détruire comme ils en avaient fait avec les géants en les foudroyant, car alors le culte que les hommes leur rendaient et les temples qu’ils leur élevaient, auraient aussi disparu ; et, d’un autre côté, une telle insolence ne pouvait être soufferte.

Enfin, après bien des embarras, il vint une idée à Jupiter : Je crois avoir trouvé, dit-il, un moyen de conserver les hommes et de les rendre plus retenus, c'est de diminuer leurs forces : je les séparerai en deux ; par là ils deviendront faibles ; et nous aurons encore un autre avantage, qui sera d'augmenter le nombre de ceux qui nous servent : ils marcheront droits, soutenus de deux jambes seulement ; et, si après cette punition leur audace subsiste, je les séparerai de nouveau, et ils seront réduits à marcher sur un seul pied, comme ceux qui dansent sur les outres à la fête de Bacchus.

Après cette déclaration le dieu fit la séparation qu'il venait de résoudre, et il la fit de la manière que l'on coupe les œufs lorsqu'on veut les saler, ou qu'avec un cheveu on les divise en deux parties égales. Il commanda ensuite à Apollon de guérir les plaies, et de placer le visage des hommes du côté que la séparation avait été faite, afin que la vue de ce châtiment les rendît plus modestes.

Apollon obéit, mit le visage du côté indiqué, et, ramassant les peaux coupées sur ce qu'on appelle aujourd'hui le ventre, il les réunit toutes à la manière d'une bourse que l'on ferme, n'y laissant qu'une ouverture qu'on appelle le nombril. Quant aux autres plis en très-grand nombre, il les polit et façonna la poitrine avec un instrument semblable à celui dont se servent les cordonniers pour polir les souliers sur la forme, et laissa seulement quelques plis sur le ventre et le nombril, comme des souvenirs de l'ancien état.

Cette division étant faite, chaque moitié cherchait à rencontrer celle qui lui appartenait ; et s'étant trouvées toutes les deux, elles se joignaient avec une telle ardeur dans le désir de rentrer dans leur ancienne unité, qu'elles périssaient dans cet embrassement de faim et d'inaction, ne voulant rien faire l'une sans l'autre.

Quand l'une des deux périssait, celle qui restait en cherchait une autre, à laquelle elle s'unissait de nouveau, soit qu'elle fût la moitié d'une femme entière, ce qu'aujourd'hui nous autres nous appelons une femme, soit que ce fût une moitié d'homme ; et ainsi la race allait s'éteignant.

Jupiter, touché de ce malheur, imagine un autre expédient. Il change de place les instrumens de la génération et les met par-devant. Auparavant ils étaient 'par-derrière, et on concevait, et l'on répandait la semence, non l'un dans l'autre, mais à terre, comme les cigales. Il les mit donc par-devant, et de cette manière la conception se fit par la conjonction du mâle et de la femelle. Il en résulta que, si l'homme s'unissait à la femme, il engendrait et perpétuait l'espèce, et que, si le mâle s'unissait au mâle, la satiété les séparait bientôt et les renvoyait aux travaux et à tous les soins de la vie.

Voilà comment l'amour est si naturel à l'homme ; l'amour nous ramène à notre nature primitive et, de deux êtres n'en faisant qu'un, rétablit en quelque sorte la nature humaine dans son ancienne perfection. Chacun de nous n'est donc qu'une moitié d'homme, moitié qui a été séparée de son tout, de la même manière que l'on sépare une sole.

Ces moitiés cherchent toujours leurs moitiés. Les hommes qui sortent de ce composé des deux sexes, nommé androgyne, aiment les femmes, et la plus grande partie des adultères appartiennent à cette espèce, comme aussi les femmes qui aiment les hommes. Mais pour les femmes qui sortent d'un seul sexe, le sexe féminin, elles ne font pas grande attention aux hommes, et sont plus portées pour les femmes ; c'est à cette espèce qu'appartiennent les tribades.

Les hommes qui sortent du sexe masculin recherchent le sexe masculin. Tant qu'ils sont jeunes, comme portion du sexe masculin, ils aiment les hommes, ils se plaisent à coucher avec eux et à être dans leurs bras ; ils sont les premiers parmi les jeunes gens, leur caractère étant le plus mâle ; et c'est bien à tort qu'on leur reproche de manquer de pudeur : car ce n'est pas faute de pudeur qu'ils se conduisent ainsi, c'est par grandeur d'âme, par générosité de nature et virilité qu'ils recherchent leurs semblables ; la preuve en est qu'avec le temps ils se montrent plus propres que les autres à servir la chose publique.

Dans l'âge mûr ils aiment à leur tour les jeunes gens : ils n'ont aucun goût pour se marier et avoir des enfans, et ne le font que pour satisfaire à la loi ; ils préfèrent le célibat avec leurs amis. Ainsi, aimant ou aimé, le but d'un pareil homme est de s'approcher de ce qui lui ressemble.

Arrive-t-il à celui qui aime les jeunes gens ou à tout autre de rencontrer sa moitié ? La tendresse, la sympathie, l'amour les saisit d'une manière merveilleuse : ils ne veulent plus se séparer, fût-ce pour le plus court moment. Et ces mêmes êtres qui passent leur vie ensemble, ils ne sont pas en état de dire ce qu'ils veulent l'un de l'autre : car il ne paraît pas que le plaisir des sens soit ce qui leur fait, trouver tant de bonheur à être ensemble ; il est clair que leur âme veut quelque autre chose qu'elle ne peut dire, qu'elle devine et qu'elle exprime énigmatiquement par ses transports prophétiques.

Et si, quand ils sont dans les bras l'un de l'autre, Vulcain, leur apparaissant avec les instruments de son art, leur disait :

Qu'est-ce que vous demandez réciproquement ?

Et que, les voyant hésiter, il continuât à les interroger ainsi :

Ce que vous voulez, n'est-ce pas d'être tellement unis ensemble que ni jour ni nuit vous ne soyez jamais l'un sans l'autre ? Si c'est là ce que vous désirez, je vais vous fondre, et vous mêler de telle façon, que vous ne serez plus deux personnes, mais une seule et que, tant que vous vivrez, vous vivrez d'une vie unique, et que, quand vous serez morts, là aussi dans le séjour des ombres, vous ne serez pas deux, mais un seul.

Voyez donc encore une fois si c'est là ce que vous voulez et si, ce désir rempli, vous serez parfaitement heureux. Oui, si Vulcain leur tenait ce discours, nous sommes convaincus qu'aucun d'eux ne refuserait et que chacun conviendrait qu'il vient réellement d'entendre développer ce qui était de tout temps au fond de son âme : le désir d'un mélange si parfait avec la personne aimée qu'on ne soit plus qu'un avec elle.

La cause en est que notre nature primitive était une, et que nous étions autrefois un tout parfait ; le désir et la poursuite de cette unité s'appelle amour. Primitivement, comme je l'ai déjà dit, nous étions un ; mais en punition de notre injustice nous avoris été séparés par Jupiter, comme les Arcadiens par les Lacédémoniens.

Nous devons donc prendre garde à ne commettre aucune faute contre les dieux, de peur d'être exposés à une seconde division, et de devenir comme ces figures représentées de profil au bas des colonnes, n'ayant qu'une moitié de visage, et semblables à des dés séparés en deux. Exhortons-nous réciproquement à honorer les dieux, afin d'éviter un nouveau châtiment, et de revenir à l'unité sous les auspices et la conduite de l'Amour ; que personne ne se mette en guerre avec l'Amour, et c'est se mettre en guerre avec lui que de se révolter contre les dieux : rendons-nous l'Amour favorable, et il nous fera trouver cette partie de nous-mêmes nécessaire à notre bonheur, et qui n'est accordée aujourd'hui qu'à un petit nombre de privilégiés.

Qu'Éryximaque ne s'avise pas de critiquer ces dernières paroles, comme si elles regardaient Pausanias et Agathon ; car peut-être sont-ils de ce petit nombre et appartiennent-ils l'un et l'autre à la nature mâle et généreuse. Quoi qu'il en soit, je suis certain que nous serons tous heureux, hommes et femmes, si l'amour donne à chacun de nous sa véritable moitié et le ramène à l'unité primitive. Cette unité étant l'état le meilleur, on ne peut nier que l'état qui en approche le plus ne soit aussi le meilleur en ce monde, et cet état, c'est la rencontre et la possession d'un être selon, son cœur.

Si donc le dieu qui nous procure ce bonheur a droit à nos louanges, louons l'Amour, qui non seulement nous sert en cette vie, en nous faisant rencontrer ce qui nous convient, mais qui nous offre aussi les plus grands motifs d'espérer qu'après cette vie, si nous sommes fidèles aux dieux, il nous rétablira dans notre première nature, et, venant au secours de notre faiblesse, nous donnera un bonheur sans mélange."
Image
Avatar de l’utilisateur
Rivaldo89
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 10151
Inscription: Ven 15 Juin 2007 23:20



Re: Culture pour les nuls

Messagepar Wedge le Ven 6 Janvier 2012 14:01

Pour ne pas laisser ce topic sous la coupe des littéraires...


Internet pour les nuls 1 : le téléchargement, le p2p, et le reste


leomessidz a écrit:Sinon je crois que tout ce qui dispo sur le torrent est légal non ? (Je parle de films bien-surs) au pire c'est celui qui met le torrent qui est responsable.

Oulala, tu es fou mon vieux.
Je dirais, au pif, que 90% de ce qui transite par bittorrent est illégal. Dans les 10% restants, tu as des distributions linux, mes vidéos de vacances que j'échange avec ma famille...

ll faut comprendre que le protocole derrière bittorrent s'appelle le "p2p" = "pair à pair" (regarde la définition de ce mot au dictionnaire). Ça veut dire que les fichiers sont échangés directement d'un internaute à un autre, sans réel intermédiaire. C'est pourquoi plus un fichier est présent chez les utilisateurs de bittorrent, plus il sera téléchargeable rapidement : parce qu'on peut profiter de la connexion de plusieurs internautes ! C'est pourquoi le p2p est vraiment une technologie digne d'Internet : c'est complètement décentralisé et incontrôlable, incensurable. Cependant, c'est surveillable avec la collaboration des fournisseurs d'accès internet.

Pour ce qui est de la légalité, ça remet directement en cause tous ceux qui ont un logiciel de torrent en train de tourner (pas uniquement celui qui a mis le torrent en ligne). Tous. Car lorsque tu télécharges, tu émets aussi en même temps, tu émets quoi ? Des segments de fichier piraté sur lesquels tu n'as aucun droit d'auteur, bref, tu fais de la contrefaçon. C'est tout le cheval de bataille de la HADOPI en France : poursuivre en justice les gens pour contrefaçon. C'est pourquoi il est... recommandé aux Français de ne plus faire de p2p (trop facile à surveiller pour les autorités).

L'autre système, c'est le passage par serveur centralisé, type Rapidshare, Megaupload. Un serveur est un gros ordinateur qui contient plein de fichiers, auquel on peut se connecter et demander à télécharger ces fichiers. Là où en p2p, le système était décentralisé (puisque les bouts de fichiers sont présents chez tous les internautes), sur un site comme MU, tout le fichier est sur le serveur et les internautes ne communiquent qu'avec le serveur. Avantage : tu ne fais que télécharger, pas émettre, donc HADOPI est inopérante. C'est pourquoi en France, on constate un glissement des habitudes du p2p vers le direct download. Inconvénient : le site peut être censuré, ou saturer à cause de trop de connexions en même temps (alors qu'en p2p, plus y a de connexions mieux c'est).

J'ai brossé les lignes générales mais la réalité comporte de nombreuses subtilités.
Télécharger, c'est mal.
:buu:
Our way is the old way.

http://fcbclan.tumblr.com/
La vie du clan en BD.
Avatar de l’utilisateur
Wedge
Administrateur
Administrateur
 
Messages: 4549
Inscription: Mar 21 Décembre 2010 22:56
Localisation: La planète Namek



Re: Culture pour les nuls

Messagepar Rivaldo89 le Lun 9 Janvier 2012 15:26

Saviez-vous que la dynastie qui règne actuellement en Espagne ne doit pas son nom au hasard? Ce sont les mêmes Bourbons qu'en France!

Lorsque Charles II d'Espagne meurt en 1700, il n'a pas de successeur. C'est alors son petit neveu Philippe d'Anjou qui lui succède et prend le nom de Philippe V d'Espagne.

Or, Philippe est aussi le petit-fils de Louis XIV, qui peut désormais nourrir un projet d'unification entre les deux grandes puissances de l'époque.

Les autres pays européens de l'époque décident donc de se coaliser et entrent en guerre contre la France et l'Espagne. La coalition l'emporte en 1714. Les Bourbons restent sur le trône d'Espagne mais perdent le droit de s'unifier à la branche française.
Image
Avatar de l’utilisateur
Rivaldo89
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 10151
Inscription: Ven 15 Juin 2007 23:20



Re: Culture pour les nuls

Messagepar Rose le Mer 11 Janvier 2012 21:35

Wedge a écrit:
Internet pour les nuls 1 : le téléchargement, le p2p, et le reste


J'ai enfin compris ce que "téléchargement illégal" veut dire. :sweatdrop:
----------------------------------------

Le nouvel an Amazigh :

• L’an zéro du calendrier berbère

Le compteur, comme le veut la tradition et certains écrits, a débuté le jour où un authentique prince de la tribu berbère des Mechaouech a commencé à régner sur le trône de l’Égypte ancienne. Cette Époque correspond à l’an 950 av. J-C. Elle sera l’année qui consacrera un Berbère au statut de Pharaon d’Égypte qui fondera la XXII ème dynastie sous le nom de Chachnaq Ier *. Cette consécration sera légitimée par le mariage de son fils, Osorkon, avec la fille de Psoussens II, la princesse Makare. Les dates retenues pour le règne de Chachnaq Ier sont -945-924 avant. J-C.

Le premier jour de l’An berbère coïncide donc avec le 12 janvier du calendrier grégorien. Il est fêté autant par les populations berbérophones qu’arabophones au même titre que certaines fêtes religieuses officielles (Mouloud, Aïd, Achoura...) à la seule différence que ces dernières ont de tout le temps été considérées comme des journées fériées.

Non reconnu comme une fête nationale , Yennayer s’impose à présent de plus en plus dans une grande partie de la société algérienne comme étant un élément culturel et identitaire qui traduit l’appartenance à une communauté qui va des iles Canaries à l’Oasis de Siwa en Égypte où des valeurs communes sont partagées à travers cet immense espace.

La plus part des berbères étant sédentaires, le vie quotidienne est rythmée par les travaux de la terre. C’est là où Yennayer exprime toute sa signification dans sa relation avec ces travaux ainsi que qu’avec le cycles des saisons qui sont célébrées par des rites et coutumes selon les spécificités de chaque région et qui attestent de la communion étroite entre tous ces éléments naturels. Ceci nous amère à dire par conséquent que le calendrier Berbère est d’essence agraire.

Le premier des éléments communs à chacun des calendriers des groupes berbères est la division de l’année en saisons.

Par : E. S. A.

Bref, Assegass Amegaz fellawen merra. (Bonne année à vous tous).
Avatar de l’utilisateur
Rose
 
Messages: 511
Inscription: Mar 3 Août 2010 16:22
Localisation: Algérie.



Suivante

Retourner vers Le Cyber Café

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 4 invités