1/4 (R) : AS Roma 3-0 FC Barcelone : Après-match

Re: 1/4 (R) : AS Roma 3-0 FC Barcelone : Après-match

Messagepar Lord Oneill le Mer 11 Avril 2018 16:50

On lit toutes sortes d'explications à la débâcle sur ce topic.

-Valverde n'a pas de couilles et a fait jouer le Barça comme une vulgaire équipe de Mourinho. Et il a regardé son équipe se faire violer pendant 80 minutes sans la moindre réaction.
-Nos joueurs ont pris la Roma de haut et ont joué en se croyant déjà qualifiés.
-Nos cadres sont cramés à force de compenser les lacunes du collectif.
-On a aucun fond de jeu et la réussite insolente depuis 8 mois c'est arrêtée d'un seul coup.
-Notre soi-disant solidité était surtout basée sur les individualités défensive au top, mais avec Busquets amoindri et Umtiti qui pense plus à son contrat qu'à jouer, tout s'écroule.
-Notre effectif est parasité par des joueurs médiocres et/ ou qui ne comprennent pas le jeu blaugrana.
-Gomes le dépressif est entré dans un match ou le Barça à déjà la tête sous l'eau.
-La Roma a joué à un niveau que personne n'attendait.

Pas la peine de vous déchirer pour savoir qui a raison, toutes ces explications sont vraies et se sont additionnées les unes aux autres.

Si Valverde avait été moins frileux dans son approche du match et/ou avait rectifié à temps ce qui n'allait pas, le Barça se serait probablement qualifié.
Si nos joueurs avaient mis l'intensité et l'implication nécessaire à ce genre de match, le Barça se serait probablement qualifié.
Si Valverde avait plus misé sur le jeu depuis son arrivée en Catalogne au lieu de ne voir que le résultat brut, le Barça aurait eu des armes pour calmer les ardeurs des romains et se serait probablement qualifié.
Si Umtiti avait mieux défendu sur le premier but en particulier, le Barça se serait probablement qualifié.
Si notre effectif regorgait de plus de qualité principalement au milieu de terrain, le Barça se serait probablement qualifié.
Si la Roma avait fait un match moyen, le Barça se serait probablement qualifié.

Il a fallu que toutes ces conditions s'additionnent pour en arriver à un tel non match coté catalan et à une élimination aussi inimagineable (même si certains disent qu'ils s'y attendaient tôt ou tard, je pense quand même que personne n'imaginait sérieusement une élimination vu le score du match aller).
En terme de jeu produit, on était encore bien au dela des pires purges de cette saison. Je sais pas à quand il faut remonter pour trouver un match aussi abject du Barça (Taser tes lumières seraient appréciées), en tout cas ça ne peut pas venir que d'une seule cause. Il a fallu un alignement des astres inversé pour en arriver à une telle catastrophe.

Et cet alignement des astres n'a rien d'un hasard ou d'une malchance, c'est juste la conséquence de la gestion désastreuse du club par Rosell-Bartomeu. Et un retour de karma en pleine gueule des socios qui laissent faire depuis des années.

Renier Cruijff et sa philosophie qui ont pourtant fait leurs preuves depuis 30 ans et ont amené le club au sommet.
Remplacer Xavi par Rakitic, Alves par Sergi Roberto, Mascherano par Yeri Mina, Neymar par Dembele qui ne joue jamais. Dans le même temps laisser filer Thiago, Grimaldo et Bartra, mais aussi Samper et Halilovic (avant Alena ?) après avoir tout fait pour détruire leur progression.
Choisir des entraineurs sans charisme et sans aura, de manière à pouvoir les controller et les forcer à suivre leur ligne de conduite.
Faire des transferts plus que louches et probablement à but économique inavouable sur des Douglas, Paulinho voire Yeri Mina.
Montrer son incompétence à la terre entière et se mettre à dos les autres clubs, et de ce fait se faire plumer sur les montants des transferts.
Etre incapables de dégager les indésirables autrement qu'en les libérant gratuitement après les avoir surpayé pendant des années. De ce fait l'effectif est surchargé et la Masia reléguée aux oubliettes.
Ne pas respecter les légendes du club et les pousser vers la sortie en de mauvais termes.
Faire des transferts bling bling pour sauver leur cul plutôt que de cibler les besoins réels de l'équipe.

On ne passe pas de meilleur club du monde (2011) à club à la dérive complète du jour au lendemain. Une sucession effrayante de mauvaises décisions ont amené le Barça petit à petit dans la médiocrité, affaiblissant chaque fois un peu plus le club. La première et la plus grave de ces erreurs étant de vouloir se démarquer de Cruijff-Laporta-Pep alors que c'était la perfection du football barcelonais en direct devant leurs yeux. Il n'y avait rien à changer, juste continuer dans cette voie et tenter encore et encore de s'améliorer.

L'élimination d'hier est à mettre au crédit des joueurs et de l’entraîneur qui sont clairement dans la faute professionnelle. Mais elle est aussi la conséquence d'une gestion désastreuse du club par une direction incompétente et malhonnête, plus intéressée par son propre profit et sa vendetta contre le clan Laporta que par le bien du club. Et enfin les socios sont aussi coupables de laisser leur club péricliter sans réagir, et de ne pas avoir saisi l'opportunité unique et inespérée qu'ils avaient l'été dernier de remettre le Barça dans le droit chemin en faisant sauter la direction et en repartant sur des bases saines.

Joueurs, entraîneur, direction, socios, tous coupables aujourd'hui. Les solutions à ce lent naufrage par contre, semblent inexistantes actuellement tant ceux qui ont la possibilité de changer les choses semblent lobotomisés par la propagande des médias catalans. Et bien plus qu'une élimination couplée d'une humiliation, c'est bien ça qui est le plus dramatique dans la situation actuelle.
Dernière édition par Lord Oneill le Mer 11 Avril 2018 17:41, édité 1 fois.
Image
Avatar de l’utilisateur
Lord Oneill
Nouvelle Recrue
 
Messages: 1272
Inscription: Ven 1 Février 2013 13:37
Localisation: Belgique



Re: 1/4 (R) : AS Roma 3-0 FC Barcelone : Après-match

Messagepar Valderrama le Mer 11 Avril 2018 17:18

Magnifique post Lord. :clapping:
Tu as parfaitement ciblé et résumé le mal dont souffre le club depuis près d'une demi douzaine d'années. Le match d'hier est juste une bonne piqûre de rappel...qui n'aura malheureusement aucun effet au niveau du board...
Avatar de l’utilisateur
Valderrama
International
 
Messages: 2007
Inscription: Jeu 2 Septembre 2010 19:47



Re: 1/4 (R) : AS Roma 3-0 FC Barcelone : Après-match

Messagepar gforez le Mer 11 Avril 2018 18:21

En réponse à lord Onnell excellente analyse des maux dont souffre le Barça. Je suis un peu moins pessimiste sur l’avenir. Même si on est déçu par la manière de jouer on est invaincu en Liga,il suffirait de booster notre milieu de terrain pour retrouver un fond de jeu correct.Mais comme dit dans le post précédent aucune amélioration durable n’est à attendre tant qu’on n’aura pas viré Bartomeu et sa clique.
gforez
Nouvelle Recrue
 
Messages: 191
Inscription: Ven 12 Octobre 2012 08:56



Re: 1/4 (R) : AS Roma 3-0 FC Barcelone : Après-match

Messagepar supertechnics le Mer 11 Avril 2018 19:54

@Lord Oneill
Merci pour la synthèse, et l'efficacité du propos.
Avatar de l’utilisateur
supertechnics
Nouvelle Recrue
 
Messages: 294
Inscription: Mar 6 Juin 2017 21:40



Re: 1/4 (R) : AS Roma 3-0 FC Barcelone : Après-match

Messagepar Rafinha-animo le Mer 11 Avril 2018 19:58

Franchement j'aimerais être optimiste également mais le chantier est beaucoup trop important. Pour avoir un effectif conséquent capable d’être dominateur en Ligue des Champions, l'effectif doit complètement être changer. Dans l’effectif actuel (avec le départ d'Iniesta), tu n'a qu'un top milieu UN SEUL, je parle de Busquets bien évidemment. Et quand on voit ce que le club compte faire pour ce secteur a savoir recruter un brésilien qui n'a rien prouvé et preter Alena..
Avatar de l’utilisateur
Rafinha-animo
Nouvelle Recrue
 
Messages: 315
Inscription: Dim 6 Décembre 2015 00:54



Re: 1/4 (R) : AS Roma 3-0 FC Barcelone : Après-match

Messagepar Vince-Blaugrana le Jeu 12 Avril 2018 01:04

Bon TS, t'attend quoi pour déposer ton pavé ? :disguise2:
Image
Les meilleurs buteurs de l'histoire :
5. Gerhard Müller (Deutschland): 680
6. Cristiano dos Santos Aveiro (Portugal): 658
7. Lionel Messi (Argentina): 635
Avatar de l’utilisateur
Vince-Blaugrana
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 9426
Inscription: Lun 12 Avril 2010 14:41
Localisation: Ballon au pied gauche.



Re: 1/4 (R) : AS Roma 3-0 FC Barcelone : Après-match

Messagepar Tele-Santana le Jeu 12 Avril 2018 02:35

Vince-Blaugrana a écrit:Bon TS, t'attend quoi pour déposer ton pavé ? :disguise2:


16 pages à rattraper, tu permets ? :ptdr:

bahri a écrit:
Ça y est les couteaux sont sortis. Je n'ai pas vu le match et je suis en état de choc. Je vais pas avoir de commentaires particulier sur ce match, mais en lisant vos commentaires, je comprends que Valverde a appliqué la même stratégie qu'à l'aller et contre Chelsea mais aussi la stratégie appliquée par la majorité des coachs ces dernières années qui sont allés loin en CL. Spéculer et jouer sur les erreurs des autres. Le format de la compétition encourage et favorise ce genre de stratégie.Format à 2 matchs, avec des buts à l'extérieur comptant double et où chaque erreur est payé cash. L'équipe semblait croire en cette méthode, même si depuis un mois il y a clairement de la fatigue. C'est normal quand tu te casses le cul à gagner tous les trophés ce genre de chose arrive. On aura le droit probablement à une demi finale avec deux équpes classés 4 ième(Roma et le Real) et une classé 3ième à 17 points du premier (liverpool). Bravo la demi finale des médiocres. Et ça arrive très souvent ces dernières annees. Pourtant à la base la Champions, comme son nom l'indique doit être un tournoi entre champions.

C'est un coup dur, accentué par le probable adieu d'Iniesta et un effectif et une façon de jouer qui n'est pas Barça compatible mais qui ne doit pas cacher la grande saison que nous sommes en train de faire, malgré les lacunes de l'effectif. Il va falloir se relever pour gagner ce doublé nationale.


Non non non. Non. p****. Non. Mais non.
Là tu ne peux pas, tu ne peux pas tout retourner en excuse et expliquer je ne sais quoi. Et en plus sans avoir vu le match. Comme un chat, tu veux retomber sur tes pattes. Maintenant c'est la demi des médiocres parce que 3 clubs qui ne finiront pas champions sont en demi-finale, et la compétition des erreurs provoquées... Non.

C'est le problème quand on veut choisir un camp, au lieu d'analyser avec le plus de recul possible une situation. On veut à tout défendre son camp même quand tout est contre nous. Et je ne suis pas un visionnaire qui a tout vu et tout prédit en juillet, je fais partie de ceux qui ont expliqués pourquoi les choses ont été faites ainsi et pourquoi ça pouvait être acceptable sur une saison. Mais ça ne doit pas protéger Valverde de tout, et de remettre ça uniquement sur les joueurs. J'y reviendrai.

En survolant ce topic, comme d'habitude, il y a une chose que je trouve dommage, c'est de ne jamais mentionner l'adversaire. Si on parle de manque d'humilité du club ou des médias quand la Roma a été tirée au sort ici (ou ailleurs) c'est la même chose. Bien sûr que nous avons tous pensé que ça allait être plus simple, mais pour se faciliter la tâche il faut assurer. C'est le Barça qui est éliminé, c'est le Barça qui a fait un match pourri, c'est le Barça qui est humiliée... Mais par qui ? Qui les élimine ? Qui fait en sorte qu'ils soient pourris ? Qui les humilie ? Le but n'est pas de les dédouaner ou d'expliquer qu'ils se sont fait sortir par la meilleure équipe du monde, mais il n'y a pas moyen de féliciter les Giallorossi pour ce qu'ils ont fait ? Et à l'aller et au retour ? Au niveau des risques fous qu'ils prennent et d'une mission impossible qu'ils accomplissent ? Ils ont un match de très haut niveau, le minimum c'est de le souligner. Et historiquement parlant ce qu'ils font, c'est juste dingue.

Samedi après le match, j'avais dis avoir été surpris de voir un onze aussi compétitif alors que c'était la seule occasion du moment pour faire tourner. J'avais répété plusieurs fois que pour aller au bout de cette compétition, fallait un peu plus que 12 ou 13 joueurs. C'était le moment, après un hiver à plusieurs matchs, des joueurs sentant réellement la fatigue (comme Rakitic) ou touchés (Piqué, Messi), t'avais tout à gagner avec le combo repos des titulaires/mise en confiance des subs. J'étais ravi de (re)voir Denis et Alcacer depuis Séville, Semedo aussi, je me suis dis que Valverde allait enfin étoffer son noyau et l'utiliser à bon escient.
Aussi, après avoir vu le match aller et l'entame tonitruante des Romains, j'ai pensé que Valverde allait ajouter dans la liste "très envisageable" des Italiens gonflés à bloc qui mordent les chevilles et iront chercher Ter Stegen. Mais non, il se laisse embarquer dans le piège de son homologue et il avouera lui-même que son équipe n'a jamais pu trouver sa zone de confort.

Reconduire le même onze qu'à l'aller, pourquoi pas. Mais à aucun moment il n'a semblé pouvoir apporter quelque chose et répondre aux problématiques, ce qu'il avait su faire cette saison. Di Francesco (que je trouvais intéressant à Sassuolo et qui m'a définitivement convaincu sur les 180 minutes) aborde le match avec un tout autre système et des risques fous. 3 défenseurs en décalant légèrement Fazio à droite car plus de facilité techniquement pour apporter sur le côté. Une sorte de 3-4-2-1 avec un Schik plus en retrait mais toujours présent pour aider Dzeko en attaque. Une pressing très haut et un marquage individuel sur quasi chaque joueurs. Si vous revoyez des séquences du match lorsque la défense (Ter Stegen inclus) a le ballon, Busquets n'est jamais seul. Ce pressing pousse les Barcelonais à jouer long, ce qui explique le quota de dégagements qui explose.
Le bloc Romain ne bouge pas, pendant 90 minutes, ils appliquent à merveille ce que cherchait à faire leur entraîneur, et ils ont respectés les consignes jusqu'au bout. La petite dose d'agressivité aussi pour bousculer des joueurs qui ne sont pas dans le confort, Fazio et Jesus allant jusqu'à la limite, c'est un cocktail tenace.

Si le Barça a changé sa façon de jouer, la façon de les attaquer ne change pas. Di Francesco l'avait compris à l'aller mais il ne pouvait pas le faire sur 90 minutes au Camp Nou. Là, il te sort une animation complètement différente, avec un Dzeko capable de jouer les duels aériens et de tenir le ballon. Il me semble qu'il a avoué après le match avoir réfléchi à une défense à 3 dans la semaine, en revoyant l'aller mais aussi le huitième de finale vs Chelsea.

Le fait marquant, raconté par le journaliste Bein sur le bord du terrain, c'est le manque de communication. Durant cette première mi-temps où le Barça souffre, les joueurs ne se parlent même pas entre eux. L'entraîneur regarde mais n'a pas l'air d'apporter quelque chose. Rien pour soulager un Busquets amoindri et suivi de près, du coup les limites de Rakitic sont vite dévoilées. Quant à Suarez et Messi faut rien espérer avec un bloc aussi bas et un harcèlement de tous les instants. Même Iniesta, si à l'aise avec le ballon, s'est fait démonté comme pas possible. En bon visionnaire il a prévenu ses coéquipiers à la mi-temps que ça allait tourner au vinaigre.
D'ailleurs même pendant cette mi-temps rien n'a été rectifié, au moins dans la façon de contrer ce pressing étouffant. Puisque les Romains repartent de l'avant et continuent sur leur lancée. Pour la suite que l'on connaît.

Et si c'est pour dire que ce n'est que la Roma, que le 4ème de Serie A, ça reste une équipe avec des joueurs qui connaissent ce genre de match. Et il n'y a pas besoin d'avoir gagner 4 C1 pour se sublimer un soir devant ton public. Quand on voit l'implication des locaux, ceux des expérimentés, ils ont tout donnés.

Les joueurs ils ont m**** oui, salement. Parce que personne n'a sonné la révolte, personne n'a affiché une espèce de sérénité pour montrer que tout ira bien. Comme Valverde, ils ont été emportés dans ce tourbillon Romain sans jamais pouvoir y sortir. Quand t'en arrives à être fébrile dans les duels et que tu ne sais même plus enchaîner les 3-4 passes classiques qui te soulagent et permettent de remonter le bloc, c'est vraiment très grave. Mais tout mettre sur le dos c'est comme tout mettre sur le dos d'un coach, le faux cliché typique du "qui est le coupable ?", mais le coupable c'est tout le monde. Les joueurs ont leur fail, la direction, et Valverde a le sien, et sa part est tout aussi grosse que celle des autres.

Parce que tout ce qui est arrivé mardi soir, ce sont des choses qu'il aurait pu préparé en amont pour les éviter. Il y a des étapes qu'il manque, et celle de créer une équipe plus étoffée en fait partie. Je me demande même s'ils ont vraiment étudiés l'adversaire comme il se doit, parce que se faire prendre au piège comme ça après avoir vu de gros signaux à l'aller (en début et en fin de match), faut le faire. Perdre n'est pas dramatique quand tu as le sentiment d'avoir tout donné, mais perdre avec autant d'impuissance face à un adversaire supposé plus faible...

Je crois que c'est Carnot qui dit que Valverde était face à sa première situation critique. Oui. C'est dans ces moments-là que l'entraîneur en place peut jouer sa crédibilité et voir s'il peut changer les choses ou non. Pas renverser le match et se qualifier, mais au moins essayer d'influencer la partie et changer la physionomie de la rencontre. Hier, avec les bons choix et une élimination, on aurait été moins sévère. Mais sa première décision (parce que tactiquement rien n'évolue sauf à 3-0 quand c'est la m****) c'est de sortir Iniesta pour Gomes. Sortir le Don, je peux comprendre, il est sur le déclin et il fallait plus de dynamisme, plus de vitesse peut-être, fin bref, ça peut s'expliquer. Mais Gomes... C'est là que j'ai compris que l'élimination allait venir.
Faire rentrer Gomes au Camp Nou, avec le soutien du public, je trouvais ça bien, très bien même. Parce que tu redonnais de la confiance à un joueur au fond du trou, humainement tu agissais dans le bon sens. Mais le responsabiliser pour un tel match c'est incompréhensible. Tu sais que tu vas l'envoyer dans une arène remplie de lions et qu'il va se faire manger. D'ailleurs qui a souvenir d'une action de Gomes ? Rien.
Peut-être même que tu envoies un signe négatif à tes joueurs, en faisant un changement limite "regardez j'ai tenté un truc" mais sans être convaincu.

Mais avant même ce changement loufoque, il y a une passivité hallucinante dans le coaching. Le temps passe, et tout va bien. La Roma les prend à la gorge... ça va. Rien. Il envoie je ne sais qui à l'échauffement mais en fait il donnait l'impression d'être perdu. Comme s'il ne pouvait pas résoudre l'énigme. Ce qui est encore plus grave.

Donc Iniesta/Gomes et quand ça sent le roussi Semedo/Dembélé et Busquets/Alcacer. Là c'était du coaching en mode je balance tout et un moment donné un contre favorable dans la surface provoquera un but. Comme José à l'époque qui mettait plein de monde devant au Real pour faire peur à un adversaire serein. Parce que la Roma a peut-être reculé à 3-0 mais ils n'ont pas tremblés. Même s'il y a eu clairement un réveil en face, mais c'était beaucoup trop tard pour espérer quelque chose. Et si c'est pour marquer un but de raccroc pour ensuite se faire torpiller en demi... Parce que ce genre de prestation peut masquer les choses une fois mais face à plus coriace, non.

Donc en plus de perdre (et de très loin) la bataille tactique face à son homologue, il se foire dans toute la lecture du match sans jamais reprendre le dessus. Quant à l'équipe, à aucune moment elle ne trouve un temps fort. Sauf quelques vagues périodes d'accalmie pour souffler avec le ballon mais jamais trop longtemps (56% de possession je crois sur les 90 minutes). Quand un entraîneur décide d'être pragmatique il doit l'être jusqu'au bout. C'est à dire avoir une équipe solide, qui tape fort au bon moment et qui contrôle le match. Mais aussi un effectif élargi par les possibilités qu'il crée lui-même en distribuant les différents rôles à certains remplaçants. Si à 2-0 ça chauffait, pourquoi ne pas faire entrer Vermaelen ? Quitte à être pragmatique jusqu'au bout ? L'erreur de Valverde c'est de ne pas avoir été au bout de son raisonnement alors qu'il se félicitait justement de gagner et que c'était le plus important.

Le discours confus sabote l'équipe, et si on en croit la Cadena Ser, c'est bien fait pour leurs gueules à eux aussi. Ce sont les premiers à être contents et à valider ce que fait Valverde et là tout à coup ils retournent leur veste.

Quant aux joueurs, on pourrait les citer quasi un par un, mais si je devais retenir une prestation calamiteuse c'est Umtiti. Depuis ses histoires de contrat, il perd toute sérénité. Il se fait avoir comme un enfant sur le premier but, il est complètement out. Dans les sorties de balles, dans ses interventions, que ce soit Schick ou Dzeko, c'était un enfant.

Donc non bahri, tu ne peux pas essayer de nouvelles excuses et expliquer l'inexplicable. Même si tu as raté peu de matchs, celui d'hier tu l'as raté et tu ne peux pas en parler même sur des highlights. L'entraîneur uniquement fautif c'est une c******* de cliché mais les joueurs uniquement fautifs aussi. Dans la victoire ou la défaite c'est grâce à tout le monde. Valverde a sorti son plus gros fail au mauvais moment. Après un 4-1 à l'aller face à la Roma, jamais le Barça ne doit sortir comme ça.

Une chose flippante, ce sont les trucs sur la direction, les socios etc. Oui, on peut le sortir. Parce que ça fait partie du processus qui date de plusieurs années etc. Mais vous avez vu à quel moment on le sort ? Après un quart de finale contre la Roma. Sans leur manquer de respect bien entendu, mais ça révèle quelque chose.
Deuxième élément flippant, c'est la réaction après cette défaite. Avant, on pouvait être triste ou dégoûté après une élimination, certains avaient même la rage de voir le Barça se faire sortir. Mais il y avait toujours de la fierté, du panache, le côté "on garde la tête haute", même dans le fait d'être éliminé ça dégageait quelque chose. Et puis même au niveau du contenu, le Barça pouvait sortir sans trop rougir.
Aujourd'hui, rien. De la frustration ? De la déception ? Même pas. Sans dire que c'était prévisible (celui qui a misé sur la Roma doit être riche), au fil des 90 minutes tu sais que ça devient inévitable. Il n'y a même pas eu la petite adrénaline, le petit truc émotionnel où l'on peut être content malgré la défaite. Fessée et au lit. Du coup l'élimination te rend... indifférent. C'est un truc honteux etc, mais limite t'as envie de dire "vous l'avez bien chercher".

2 éléments qui montrent à quel point le Barça est descendu bien bas.
«La victoire est dans les livres, mais le style de jeu reste dans la mémoire des gens»
«Ma philosophie est que la solution existe avant le problème»



Image
Avatar de l’utilisateur
Tele-Santana
Le Mythe
Le Mythe
 
Messages: 25713
Inscription: Mar 18 Novembre 2008 02:52
Localisation: Planète Vegeta



Re: 1/4 (R) : AS Roma 3-0 FC Barcelone : Après-match

Messagepar serjoint27 le Jeu 12 Avril 2018 05:39

Tele-Santana a écrit:
Vince-Blaugrana a écrit:Bon TS, t'attend quoi pour déposer ton pavé ? :disguise2:


16 pages à rattraper, tu permets ? :ptdr:

bahri a écrit:Ça y est les couteaux sont sortis. Je n'ai pas vu le match et je suis en état de choc. Je vais pas avoir de commentaires particulier sur ce match, mais en lisant vos commentaires, je comprends que Valverde a appliqué la même stratégie qu'à l'aller et contre Chelsea mais aussi la stratégie appliquée par la majorité des coachs ces dernières années qui sont allés loin en CL. Spéculer et jouer sur les erreurs des autres. Le format de la compétition encourage et favorise ce genre de stratégie.Format à 2 matchs, avec des buts à l'extérieur comptant double et où chaque erreur est payé cash. L'équipe semblait croire en cette méthode, même si depuis un mois il y a clairement de la fatigue. C'est normal quand tu te casses le cul à gagner tous les trophés ce genre de chose arrive. On aura le droit probablement à une demi finale avec deux équpes classés 4 ième(Roma et le Real) et une classé 3ième à 17 points du premier (liverpool). Bravo la demi finale des médiocres. Et ça arrive très souvent ces dernières annees. Pourtant à la base la Champions, comme son nom l'indique doit être un tournoi entre champions.

C'est un coup dur, accentué par le probable adieu d'Iniesta et un effectif et une façon de jouer qui n'est pas Barça compatible mais qui ne doit pas cacher la grande saison que nous sommes en train de faire, malgré les lacunes de l'effectif. Il va falloir se relever pour gagner ce doublé nationale.


Non non non. Non. p****. Non. Mais non.
Là tu ne peux pas, tu ne peux pas tout retourner en excuse et expliquer je ne sais quoi. Et en plus sans avoir vu le match. Comme un chat, tu veux retomber sur tes pattes. Maintenant c'est la demi des médiocres parce que 3 clubs qui ne finiront pas champions sont en demi-finale, et la compétition des erreurs provoquées... Non.

C'est le problème quand on veut choisir un camp, au lieu d'analyser avec le plus de recul possible une situation. On veut à tout défendre son camp même quand tout est contre nous. Et je ne suis pas un visionnaire qui a tout vu et tout prédit en juillet, je fais partie de ceux qui ont expliqués pourquoi les choses ont été faites ainsi et pourquoi ça pouvait être acceptable sur une saison. Mais ça ne doit pas protéger Valverde de tout, et de remettre ça uniquement sur les joueurs. J'y reviendrai.

En survolant ce topic, comme d'habitude, il y a une chose que je trouve dommage, c'est de ne jamais mentionner l'adversaire. Si on parle de manque d'humilité du club ou des médias quand la Roma a été tirée au sort ici (ou ailleurs) c'est la même chose. Bien sûr que nous avons tous pensé que ça allait être plus simple, mais pour se faciliter la tâche il faut assurer. C'est le Barça qui est éliminé, c'est le Barça qui a fait un match pourri, c'est le Barça qui est humiliée... Mais par qui ? Qui les élimine ? Qui fait en sorte qu'ils soient pourris ? Qui les humilie ? Le but n'est pas de les dédouaner ou d'expliquer qu'ils se sont fait sortir par la meilleure équipe du monde, mais il n'y a pas moyen de féliciter les Giallorossi pour ce qu'ils ont fait ? Et à l'aller et au retour ? Au niveau des risques fous qu'ils prennent et d'une mission impossible qu'ils accomplissent ? Ils ont un match de très haut niveau, le minimum c'est de le souligner. Et historiquement parlant ce qu'ils font, c'est juste dingue.

Samedi après le match, j'avais dis avoir été surpris de voir un onze aussi compétitif alors que c'était la seule occasion du moment pour faire tourner. J'avais répété plusieurs fois que pour aller au bout de cette compétition, fallait un peu plus que 12 ou 13 joueurs. C'était le moment, après un hiver à plusieurs matchs, des joueurs sentant réellement la fatigue (comme Rakitic) ou touchés (Piqué, Messi), t'avais tout à gagner avec le combo repos des titulaires/mise en confiance des subs. J'étais ravi de (re)voir Denis et Alcacer depuis Séville, Semedo aussi, je me suis dis que Valverde allait enfin étoffer son noyau et l'utiliser à bon escient.
Aussi, après avoir vu le match aller et l'entame tonitruante des Romains, j'ai pensé que Valverde allait ajouter dans la liste "très envisageable" des Italiens gonflés à bloc qui mordent les chevilles et iront chercher Ter Stegen. Mais non, il se laisse embarquer dans le piège de son homologue et il avouera lui-même que son équipe n'a jamais pu trouver sa zone de confort.

Reconduire le même onze qu'à l'aller, pourquoi pas. Mais à aucun moment il n'a semblé pouvoir apporter quelque chose et répondre aux problématiques, ce qu'il avait su faire cette saison. Di Francesco (que je trouvais intéressant à Sassuolo et qui m'a définitivement convaincu sur les 180 minutes) aborde le match avec un tout autre système et des risques fous. 3 défenseurs en décalant légèrement Fazio à droite car plus de facilité techniquement pour apporter sur le côté. Une sorte de 3-4-2-1 avec un Schik plus en retrait mais toujours présent pour aider Dzeko en attaque. Une pressing très haut et un marquage individuel sur quasi chaque joueurs. Si vous revoyez des séquences du match lorsque la défense (Ter Stegen inclus) a le ballon, Busquets n'est jamais seul. Ce pressing pousse les Barcelonais à jouer long, ce qui explique le quota de dégagements qui explose.
Le bloc Romain ne bouge pas, pendant 90 minutes, ils appliquent à merveille ce que cherchait à faire leur entraîneur, et ils ont respectés les consignes jusqu'au bout. La petite dose d'agressivité aussi pour bousculer des joueurs qui ne sont pas dans le confort, Fazio et Jesus allant jusqu'à la limite, c'est un cocktail tenace.

Si le Barça a changé sa façon de jouer, la façon de les attaquer ne change pas. Di Francesco l'avait compris à l'aller mais il ne pouvait pas le faire sur 90 minutes au Camp Nou. Là, il te sort une animation complètement différente, avec un Dzeko capable de jouer les duels aériens et de tenir le ballon. Il me semble qu'il a avoué après le match avoir réfléchi à une défense à 3 dans la semaine, en revoyant l'aller mais aussi le huitième de finale vs Chelsea.

Le fait marquant, raconté par le journaliste Bein sur le bord du terrain, c'est le manque de communication. Durant cette première mi-temps où le Barça souffre, les joueurs ne se parlent même pas entre eux. L'entraîneur regarde mais n'a pas l'air d'apporter quelque chose. Rien pour soulager un Busquets amoindri et suivi de près, du coup les limites de Rakitic sont vite dévoilées. Quant à Suarez et Messi faut rien espérer avec un bloc aussi bas et un harcèlement de tous les instants. Même Iniesta, si à l'aise avec le ballon, s'est fait démonté comme pas possible. En bon visionnaire il a prévenu ses coéquipiers à la mi-temps que ça allait tourner au vinaigre.
D'ailleurs même pendant cette mi-temps rien n'a été rectifié, au moins dans la façon de contrer ce pressing étouffant. Puisque les Romains repartent de l'avant et continuent sur leur lancée. Pour la suite que l'on connaît.

Et si c'est pour dire que ce n'est que la Roma, que le 4ème de Serie A, ça reste une équipe avec des joueurs qui connaissent ce genre de match. Et il n'y a pas besoin d'avoir gagner 4 C1 pour se sublimer un soir devant ton public. Quand on voit l'implication des locaux, ceux des expérimentés, ils ont tout donnés.

Les joueurs ils ont m**** oui, salement. Parce que personne n'a sonné la révolte, personne n'a affiché une espèce de sérénité pour montrer que tout ira bien. Comme Valverde, ils ont été emportés dans ce tourbillon Romain sans jamais pouvoir y sortir. Quand t'en arrives à être fébrile dans les duels et que tu ne sais même plus enchaîner les 3-4 passes classiques qui te soulagent et permettent de remonter le bloc, c'est vraiment très grave. Mais tout mettre sur le dos c'est comme tout mettre sur le dos d'un coach, le faux cliché typique du "qui est le coupable ?", mais le coupable c'est tout le monde. Les joueurs ont leur fail, la direction, et Valverde a le sien, et sa part est tout aussi grosse que celle des autres.

Parce que tout ce qui est arrivé mardi soir, ce sont des choses qu'il aurait pu préparé en amont pour les éviter. Il y a des étapes qu'il manque, et celle de créer une équipe plus étoffée en fait partie. Je me demande même s'ils ont vraiment étudiés l'adversaire comme il se doit, parce que se faire prendre au piège comme ça après avoir vu de gros signaux à l'aller (en début et en fin de match), faut le faire. Perdre n'est pas dramatique quand tu as le sentiment d'avoir tout donné, mais perdre avec autant d'impuissance face à un adversaire supposé plus faible...

Je crois que c'est Carnot qui dit que Valverde était face à sa première situation critique. Oui. C'est dans ces moments-là que l'entraîneur en place peut jouer sa crédibilité et voir s'il peut changer les choses ou non. Pas renverser le match et se qualifier, mais au moins essayer d'influencer la partie et changer la physionomie de la rencontre. Hier, avec les bons choix et une élimination, on aurait été moins sévère. Mais sa première décision (parce que tactiquement rien n'évolue sauf à 3-0 quand c'est la m****) c'est de sortir Iniesta pour Gomes. Sortir le Don, je peux comprendre, il est sur le déclin et il fallait plus de dynamisme, plus de vitesse peut-être, fin bref, ça peut s'expliquer. Mais Gomes... C'est là que j'ai compris que l'élimination allait venir.
Faire rentrer Gomes au Camp Nou, avec le soutien du public, je trouvais ça bien, très bien même. Parce que tu redonnais de la confiance à un joueur au fond du trou, humainement tu agissais dans le bon sens. Mais le responsabiliser pour un tel match c'est incompréhensible. Tu sais que tu vas l'envoyer dans une arène remplie de lions et qu'il va se faire manger. D'ailleurs qui a souvenir d'une action de Gomes ? Rien.
Peut-être même que tu envoies un signe négatif à tes joueurs, en faisant un changement limite "regardez j'ai tenté un truc" mais sans être convaincu.

Mais avant même ce changement loufoque, il y a une passivité hallucinante dans le coaching. Le temps passe, et tout va bien. La Roma les prend à la gorge... ça va. Rien. Il envoie je ne sais qui à l'échauffement mais en fait il donnait l'impression d'être perdu. Comme s'il ne pouvait pas résoudre l'énigme. Ce qui est encore plus grave.

Donc Iniesta/Gomes et quand ça sent le roussi Semedo/Dembélé et Busquets/Alcacer. Là c'était du coaching en mode je balance tout et un moment donné un contre favorable dans la surface provoquera un but. Comme José à l'époque qui mettait plein de monde devant au Real pour faire peur à un adversaire serein. Parce que la Roma a peut-être reculé à 3-0 mais ils n'ont pas tremblés. Même s'il y a eu clairement un réveil en face, mais c'était beaucoup trop tard pour espérer quelque chose. Et si c'est pour marquer un but de raccroc pour ensuite se faire torpiller en demi... Parce que ce genre de prestation peut masquer les choses une fois mais face à plus coriace, non.

Donc en plus de perdre (et de très loin) la bataille tactique face à son homologue, il se foire dans toute la lecture du match sans jamais reprendre le dessus. Quant à l'équipe, à aucune moment elle ne trouve un temps fort. Sauf quelques vagues périodes d'accalmie pour souffler avec le ballon mais jamais trop longtemps (56% de possession je crois sur les 90 minutes). Quand un entraîneur décide d'être pragmatique il doit l'être jusqu'au bout. C'est à dire avoir une équipe solide, qui tape fort au bon moment et qui contrôle le match. Mais aussi un effectif élargi par les possibilités qu'il crée lui-même en distribuant les différents rôles à certains remplaçants. Si à 2-0 ça chauffait, pourquoi ne pas faire entrer Vermaelen ? Quitte à être pragmatique jusqu'au bout ? L'erreur de Valverde c'est de ne pas avoir été au bout de son raisonnement alors qu'il se félicitait justement de gagner et que c'était le plus important.

Le discours confus sabote l'équipe, et si on en croit la Cadena Ser, c'est bien fait pour leurs gueules à eux aussi. Ce sont les premiers à être contents et à valider ce que fait Valverde et là tout à coup ils retournent leur veste.

Quant aux joueurs, on pourrait les citer quasi un par un, mais si je devais retenir une prestation calamiteuse c'est Umtiti. Depuis ses histoires de contrat, il perd toute sérénité. Il se fait avoir comme un enfant sur le premier but, il est complètement out. Dans les sorties de balles, dans ses interventions, que ce soit Schick ou Dzeko, c'était un enfant.

Donc non bahri, tu ne peux pas essayer de nouvelles excuses et expliquer l'inexplicable. Même si tu as raté peu de matchs, celui d'hier tu l'as raté et tu ne peux pas en parler même sur des highlights. L'entraîneur uniquement fautif c'est une c******* de cliché mais les joueurs uniquement fautifs aussi. Dans la victoire ou la défaite c'est grâce à tout le monde. Valverde a sorti son plus gros fail au mauvais moment. Après un 4-1 à l'aller face à la Roma, jamais le Barça ne doit sortir comme ça.

Une chose flippante, ce sont les trucs sur la direction, les socios etc. Oui, on peut le sortir. Parce que ça fait partie du processus qui date de plusieurs années etc. Mais vous avez vu à quel moment on le sort ? Après un quart de finale contre la Roma. Sans leur manquer de respect bien entendu, mais ça révèle quelque chose.
Deuxième élément flippant, c'est la réaction après cette défaite. Avant, on pouvait être triste ou dégoûté après une élimination, certains avaient même la rage de voir le Barça se faire sortir. Mais il y avait toujours de la fierté, du panache, le côté "on garde la tête haute", même dans le fait d'être éliminé ça dégageait quelque chose. Et puis même au niveau du contenu, le Barça pouvait sortir sans trop rougir.
Aujourd'hui, rien. De la frustration ? De la déception ? Même pas. Sans dire que c'était prévisible (celui qui a misé sur la Roma doit être riche), au fil des 90 minutes tu sais que ça devient inévitable. Il n'y a même pas eu la petite adrénaline, le petit truc émotionnel où l'on peut être content malgré la défaite. Fessée et au lit. Du coup l'élimination te rend... indifférent. C'est un truc honteux etc, mais limite t'as envie de dire "vous l'avez bien chercher".

2 éléments qui montrent à quel point le Barça est descendu bien bas.

:thumbup1: :thumbup1:
Beaucoup vont êtres déçu, notamment sur ce qui nous interesse tous a savoir: Valverde. Perso je me suis régalé. Gracias jefe. :blushing:
Image
bahri a écrit:À surjouer le rationnel et l'objectif on finit par tenter d'expliquer l'inexplicable.

:man:
Avatar de l’utilisateur
serjoint27
Pieds carrés
 
Messages: 1304
Inscription: Jeu 5 Juin 2008 10:15
Localisation: Epajuana



Re: 1/4 (R) : AS Roma 3-0 FC Barcelone : Après-match

Messagepar Carlito's_way le Jeu 12 Avril 2018 06:24

Tele-Santana a écrit:Je crois que c'est Carnot qui dit que Valverde était face à sa première situation critique. Oui. C'est dans ces moments-là que l'entraîneur en place peut jouer sa crédibilité et voir s'il peut changer les choses ou non. Pas renverser le match et se qualifier, mais au moins essayer d'influencer la partie et changer la physionomie de la rencontre. Hier, avec les bons choix et une élimination, on aurait été moins sévère. Mais sa première décision (parce que tactiquement rien n'évolue sauf à 3-0 quand c'est la m****) c'est de sortir Iniesta pour Gomes. Sortir le Don, je peux comprendre, il est sur le déclin et il fallait plus de dynamisme, plus de vitesse peut-être, fin bref, ça peut s'expliquer. Mais Gomes... C'est là que j'ai compris que l'élimination allait venir.
Faire rentrer Gomes au Camp Nou, avec le soutien du public, je trouvais ça bien, très bien même. Parce que tu redonnais de la confiance à un joueur au fond du trou, humainement tu agissais dans le bon sens. Mais le responsabiliser pour un tel match c'est incompréhensible. Tu sais que tu vas l'envoyer dans une arène remplie de lions et qu'il va se faire manger. D'ailleurs qui a souvenir d'une action de Gomes ? Rien.
Peut-être même que tu envoies un signe négatif à tes joueurs, en faisant un changement limite "regardez j'ai tenté un truc" mais sans être convaincu.

Mais avant même ce changement loufoque, il y a une passivité hallucinante dans le coaching. Le temps passe, et tout va bien. La Roma les prend à la gorge... ça va. Rien. Il envoie je ne sais qui à l'échauffement mais en fait il donnait l'impression d'être perdu. Comme s'il ne pouvait pas résoudre l'énigme. Ce qui est encore plus grave.

Donc Iniesta/Gomes et quand ça sent le roussi Semedo/Dembélé et Busquets/Alcacer. Là c'était du coaching en mode je balance tout et un moment donné un contre favorable dans la surface provoquera un but. Comme José à l'époque qui mettait plein de monde devant au Real pour faire peur à un adversaire serein. Parce que la Roma a peut-être reculé à 3-0 mais ils n'ont pas tremblés. Même s'il y a eu clairement un réveil en face, mais c'était beaucoup trop tard pour espérer quelque chose. Et si c'est pour marquer un but de raccroc pour ensuite se faire torpiller en demi... Parce que ce genre de prestation peut masquer les choses une fois mais face à plus coriace, non.

Donc en plus de perdre (et de très loin) la bataille tactique face à son homologue, il se foire dans toute la lecture du match sans jamais reprendre le dessus. Quant à l'équipe, à aucune moment elle ne trouve un temps fort. Sauf quelques vagues périodes d'accalmie pour souffler avec le ballon mais jamais trop longtemps (56% de possession je crois sur les 90 minutes). Quand un entraîneur décide d'être pragmatique il doit l'être jusqu'au bout. C'est à dire avoir une équipe solide, qui tape fort au bon moment et qui contrôle le match. Mais aussi un effectif élargi par les possibilités qu'il crée lui-même en distribuant les différents rôles à certains remplaçants. Si à 2-0 ça chauffait, pourquoi ne pas faire entrer Vermaelen ? Quitte à être pragmatique jusqu'au bout ? L'erreur de Valverde c'est de ne pas avoir été au bout de son raisonnement alors qu'il se félicitait justement de gagner et que c'était le plus important.

Tout est dit :clapping: :thumbup1:
______________Image____________
Avatar de l’utilisateur
Carlito's_way
Nouvelle Recrue
 
Messages: 202
Inscription: Dim 30 Juillet 2017 12:53



Re: 1/4 (R) : AS Roma 3-0 FC Barcelone : Après-match

Messagepar phil.rw le Jeu 12 Avril 2018 08:37

A noter et je l'ai déjà dit : MD et Sport, c'est TRES différent. Sport est bcp plus agressif vis-à-vis de la Junta. Ici, ils démolissent... (ça va faire plaisir à Ayoub and C°)... :

https://www.sport.es/es/noticias/barca/ ... ns-6751017

Il faut TOUT entendre. Je reste ouvert. Et chaque jour redistribue les cartes, je veux dire modifie l'addition globale.

Ah, je viens de lire le pavé (attendu) de TS. Si, TS, j'ai mis la Roma dans mon explication, perso, voir supra. Mais je persiste aussi sur un fait de match. On entame TB durant... 3/5 minutes puis un but tombe du ciel trop tôt (pour nous) qui :
- révèle qu'Umtiti est devenu un gros prob, lui qui assurait le maillon fort d'un bloc défensif inquiétant (pour l'adversaire) ;
- transforme les Romains en lions/Vampires assoiffés de sang et de buts.

Imaginons l'inverse. On pousse en début et on marque. Qui pour croire que les Romains seront ces lions-là ? Mais ils ont su le faire et chapeau, ils ont été énormes. Florenzi, Dzeko, Manolas, ils sont doués et ont des c... !

Mais, cher TS, je sais que tu n'aimes pas déresponsabiliser notre équipe de ses lacunes MAIS tu crois pas que l'arbitre a failli et permis qu'on balance nos nains impunément ? Tu crois pas qu'une ou deux expulsions (méritées) auraient aussi changé le cours des choses ? Parce que si c'était Ramos ou Casemiro, on hurlerait ici. Mais c'étaient Jesus et Fazio (il doit aller à la CM, ce "monstre" !).

Mais, plus j'y pense, plus je crois que tu mets en avant l'essentiel de ce qui nous incombe : Valverde, après avoir TB géré les 2/3 de la saison (sauf quelques cas), n'a pas su inclure quelques joueurs dont on avait besoin dans le noyau commando qui devait être de 15/16 au moins, voire de 17/18. ^

Reste à sa décharge le noyau qu'il a : on lui a fourgué Mina et Popol (dont il voulait pas !), Couti est indispo, Masche (je le regrette à mort !) parti, Sergio est sur une jambe, Dembe revient lentement...

Avec du recul (plus facile après), on dira qu'il devait mettre Raki en MD et Sergio au repos, Vermaelen à la place d'Umtiti (à réveiller !), oser Dembe (?)... N'empêche. Qui faire entrer pour remplacer Sergio ou Andres ?

Enfin, ne jamais minimiser l'ordre des matches. Un Roma-Barça n'aurais pas donné ça. Sans doute. Liverpool a déjoué le truc.

Un truc dont personne ne parle : la gestion différente des Mina et Popol. On a imposé (quelle immense bouffonnerie !) deux joueurs au coach, dont il ne voulait pas. Il a tout fait pour intégrer Popol, y est parvenu puis celui-ci a calé et il a osé le faire reculer dans la hiérarchie. Mina, illico placardisé 22e A, alors qu'il remplace le monument Masche.

Au vu de la saison (pas achevée, hein ! on a encore rien gagné !), le bilan change. Gomes et Popol (si, brièvement) n'ayant jamais réussi à devenir des certitudes, on ne peut que se dire que des Vidal ou Denis, malgré leur irrégularité (mais l'oeuf et la poule !), un Paco auraient, eux, au moins, rendu des services réels, apporté leur obole dans le JEU de l'équipe.

EVIDENT mais DIFFICILE : il faut éliminer une grosse part de l'effectif : Digne, Mina (? si Valverde reste, je ne juge pas le talent du garçon), Gomes, Popol. Et quid de Paco, Vidal, Denis ? Quid d'Umtiti ? Il faut passer à 18 pros aguerris et au moins 3/4 jeunes stagiaires (Alena, Oriol...).
Dernière édition par phil.rw le Jeu 12 Avril 2018 09:11, édité 1 fois.
Si l'on se rappelait les différents êtres que l'on a été, reprit Valentin, si l'on devinait ceux que l'on pourrait devenir, combien davantage serions-nous tolérants, ouverts. Intelligents, littéralement.
phil.rw
International
 
Messages: 5601
Inscription: Lun 29 Novembre 2010 13:17
Localisation: Bruxelles



PrécédenteSuivante

Retourner vers Ligue des Champions 2017/2018

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Baidu [Spider] et 1 invité