8 - Andres Iniesta (C)

Re: 8 - Andres Iniesta (C)

Messagepar ayoubaoui le Jeu 21 Décembre 2017 21:25

Messi fait tout 4x plus vite qu'Andres et dégage encore plus de facilité dans ses gestes. On ne peut pas mettre de côté cette vitesse d'execution parce qu'elle représente ce qu'il y a de plus fondamental pour comparer deux joueurs sur le plan technique.

Si j'arrive à faire ce que tu fais mais 4x plus vite, je suis techniquement 4x plus fort que toi.
Pour bien assimiler cette différence entre eux, il n'y a pas mieux que l'action de Leo contre l'Espanyol en décembre 2016.

Alors qu'Iniesta nous éblouit par deux croqueta avant de la passer à Messi, Leo nous montre qu'il est juste inhumainement fort en éliminant 4 adversaires sur 3 mètre carrés et en 4 touches de balle foudroyantes.

C'est la différence entre eux.

Sinon, un conseil ; ne comparez plus aucun joueur (surtout nos légendes) à Leo parce qu'il en sortira totalement perdant. Là en écrivant ce post, j'ai l'impression moi-même de trop descendre le Manchego alors que c'est juste la réalité.

Apprécions nos héros sans les f***** constamment dans l'ombre de l'alien.
Image

Pep Guardiola enthusiast. Totalement confiant pour la saison 2008-2009.
J'ai hâte au match contre Numancia. :man:
Avatar de l’utilisateur
ayoubaoui
Ballon d'Or
 
Messages: 12989
Inscription: Mar 17 Septembre 2013 01:00
Localisation: Août 2008



Re: 8 - Andres Iniesta (C)

Messagepar Tele-Santana le Ven 22 Décembre 2017 01:36

Ouais, arrêtons ces comparaisons qui n'ont aucun sens. Ils sont appréciés et admirés pour différentes raisons voilà tout.

fooooox a écrit:J’avoue ne jamais avoir compris comme il faisait non plus.


Paco Seirul.lo, l'ex préparateur physique du Barça (et grand maestro dans le domaine) parle du langage Barça. Il n'y a pas que les toros et le 4-3-3 à la Masia, mais aussi le langage corporel à développer. Pas courir plus mais courir mieux. Donc pas forcément courir vite mais courir à la vitesse adéquate avec le ballon.
Extraits :
J’ai entrainé dans d’autres sports et le football est le sport qui prime le plus l’habilité du joueur : son intelligence, sa prise de décision, sa sensibilité et compréhension des espaces et des temps de jeu… Pourquoi ? Dans le foot, ce que tu utilises pour te déplacer, tu l’utilises pour jouer, et tu dois être concentré sur toi-même et sur l’équipe. C’est pour cela que les talents de ce sport sont personnels, des personnes très particuliers.


Beaucoup de fois, les joueurs m’ont dit « Oyé, Paco, pourquoi nous n’entrainons pas la vitesse ? ». Et je leur ai répondu que cela nous l’entrainions tous les jours, parce que le football c’est cela : vitesse, accélération… Ne pas courir plus, mais s’adapter à courir avec le ballon et le rival. Toucher le ballon avec la vitesse adéquate et où tu le désires.


Extraits qui viennent de la fameuse discussion entre Cappa et Seirul.lo publiée par MARCA il y a 10 ans. Je ne sais plus quel blog l'avait traduite, mais j'avais gardé ça quelque part (pour débattre de cette discussion, ce topic serait le mieux je pense).
Le 24 Novembre 2007, dans le journal espagnol MARCA, Ángel Cappa parlait de football avec Paco Seirulo, préparateur physique du Barça. Traduction.

Paco Seirulo est le préparateur physique du Barça depuis la célèbre époque blaugrana sous l’égide de Johan Cruyff. Depuis, il n’a cessé d’être le responsable du bon état physique de l’équipe. Une statistique récente de l’UEFA [en 2007] faisant référence aux quatre dernières années de Champions League, révèle que le Barça est la seconde équipe européenne avec le moins de blessures, ce qui rend fier Seirulo.

Le préparateur azulgrana pense d’une manière bien différente sur beaucoup de thèmes qui entourent la préparation athlétique des footballeurs. Et il les appliqua au Barça, avec caractère et beaucoup d’audace. Le même qui a démontré de la confiance en Ángel Cappa et en MARCA pour réaliser cette discussion, puisqu’il a l’habitude de jamais se prononcer dans les médias de communication. Mais il s’agissait de parler de préparation physique et de football. Et voici le résultat.

Paco Seirulo, préparateur physique du Barça, a été invité par Ángel Cappa à Barcelone. Ils se sont rencontrés dans plusieurs congrès de football et partagent une idée originale et peu répandue, sur l’utilité de la préparation physique en football. Dans cette conversation, s’écroulent, de fait, plusieurs mythes installés sur le sujet en relation, par exemple, avec les préparations de pré-saison ou l’utilisation de la musculation pour les joueurs de football.

Ángel Cappa : Je ne sais pas si tu es d’accord avec moi mais la préparation physique en tant que telle n’existe pas. Il existe la préparation d’un footballeur, d’un basketteur, d’un tennisman, mais pas dans l’absolu.

Paco Seirulo : Je suis d’accord. Avant, on pensait par erreur qu’il fallait d’abord fabriquer un athlète et après lui apprendre à jouer coûte que coûte. S’il fallait travailler la résistance, on s’entrainait de la même façon à la montagne, à la plage… ou que ce soit. Puis après on adaptait cette résistance développée à son sport. Mais cela ne fonctionne pas comme ça. De cette manière, on perd seulement du temps et de l’énergie car chaque sport nécessite son traitement spécifique.

AC : La vitesse par exemple. Dans le football c’est différent puisque cela concerne la précision, la vision du jeu.

PS : J’ai entrainé dans d’autres sports et le football est le sport qui prime le plus l’habilité du joueur : son intelligence, sa prise de décision, sa sensibilité et compréhension des espaces et des temps de jeu… Pourquoi ? Dans le foot, ce que tu utilises pour te déplacer, tu l’utilises pour jouer, et tu dois être concentré sur toi-même et sur l’équipe. C’est pour cela que les talents de ce sport sont personnels, des personnes très particuliers.

AC : Cela me fait penser à une anecdote que j’ai vécue avec Maradona. Nous étions allés voir une rencontre de basket de Michael Jordan et je lui ai dit : « Diego, quel grand joueur, n’est-ce-pas ? ». Et il m’a dit : « Oui, cil est grand, je l’admire, mais n’oublies pas qu’il joue avec la main. »

PS : Clairement, c’est cela la difficulté du football : les pieds, et elle implique beaucoup d’obligations motrices, qui eux, compliquent la conception et les relations interpersonnelles de l’athlète. Beaucoup de fois, les joueurs m’ont dit « Oyé, Paco, pourquoi nous n’entrainons pas la vitesse ? ». Et je leur ai répondu que cela nous l’entrainions tous les jours, parce que le football c’est cela : vitesse, accélération… Ne pas courir plus, mais s’adapter à courir avec le ballon et le rival. Toucher le ballon avec la vitesse adéquate et où tu le désires.

AC : Egalement, la force est différente. Pour moi, la force dans le football est une ruse.

PS : Clairement. C’est appliquer ton énergie au moment opportun. Sinon, la force ne sert à rien. Si tu es très fort et à chaque choc tu perds le ballon ou tu fais faute, tu es perdu.

AC : Il y a des gens qui pensent, par erreur, que les grands joueurs frappent mieux et plus fort de la tête. Mais ce n’est pas évident. Il faut savoir sauter et savoir frapper de la tête.

PS : De fait, les grands buteurs de la tête de l’histoire non jamais été grands par la taille. Ce fut des personnes moyennes mais très malines, devinant la trajectoire du défenseur, du ballon et la vitesse nécessaire pour le frapper.

AC : Il y a beaucoup de mythes au sujet de la préparation physique dans notre sport. L’un d’entre eux est l’échauffement, l’autre est la pré-saison et le troisième est la musculation.

PS : Ce sont, pour moi, trois thèmes clés. La pré-saison est le plus important. Je pense que c’est impossible, en s’entrainant un mois, de remplir, comme il est prétendu, le réservoir du footballeur pour toute la saison. Impossible. Et les préparateurs, nous sommes châtiés par cela puisque nous avons donné une importance énorme à la pré-saison. Faire des entrainements doubles ou triples durant deux semaines n’est pas bon pour les joueurs. Tu arrives seulement à les fatiguer et c’est cela qu’ils payent durant les cinq premiers matchs du championnat. Pour moi, ce qui est correct, c’est de se préparer seulement pour le premier match. Exclusivement le premier match. Et ensuite pour le second…etc. On ne peut pas réaliser une pré-saison en s’entrainant deux semaines consécutives en trois équipes sans toucher le ballon. C’est préjudiciable et ce n’est pas utile.

AC : Quand j’ai entrainé en Afrique du Sud, les joueurs venaient de faire quatre sessions d’entrainement par jour. C’était un massacre. Et pour l’échauffement, que m’ont-ils dit ? Il y a une espèce d’obsession de s’échauffer 25 minutes. J’ai vu comment s’échauffait Cruyff en tant que joueur et il faisait seulement quelques frappes et quelques courses légères. Maradona, pareil. C’est vrai qu’il y a des joueurs nerveux qui ont peut-être besoin de courir pour relâcher les nerfs. Mais seulement cela.

PS : J’ai beaucoup discuté là-dessus et ai beaucoup observé. Pour nous, le fait de s’échauffer est seulement un acte socio-émotionnel, cela sert seulement pour te mettre en contact avec toi-même, tes partenaires et avec l’ambiance. C’est le principal objectif de l’échauffement. Puisqu’il y a un autre problème qui s’ajoute. Les joueurs, s’ils jouent à 22h, ils se lèvent à 18h pour goûter. Et lorsqu’ils se lèvent, comme tout le monde, ils ont mal. Pour cela, il s’agit de se déplacer un peu, en général, et ensuite de toucher le ballon, tu te l’échanges quelques fois et c’est tout. J’ai observé milles fois comment un joueur fait son entrée sur le terrain sans s’échauffer : blessures quelques fois, mais le reste il ne se passe rien. Il joue sans aucun problème.

AC : Cela arrive souvent au basket. Les joueurs entrent sur le terrain soudainement, sans s’échauffer et il ne se passe rien.

PS : Ou au tennis. Je n’ai jamais vu un tennisman faire des tours de terrain avant de jouer. Ils arrivent, s’échauffent en échangeant quelques balles et le match commence.

AC : Un autre mythe, par ignorance, c’est de penser que si le joueur cours plus, il va jouer mieux au football.

PS : Dans notre sport, seulement avec les trois courses que tu fais après le coup d’envoi et quelques mouvements … tu as déjà ton échauffement. Et à partir de là, tu peux déjà courir partout où tu le veux. Je ne vais pas dire que l’échauffement est une barbarie, mais il n’est pas nécessaire de faire ces échauffements exagérés auxquels le football n’est pas habitué. Autre chose sérieuse, par exemple, une course de 400 mètres. Là oui, puisque c’est un effort individuel, spécifique et unique en un temps cours. Mais en football, en rien !

AC : Le docteur Oliva disait que « se sentir fatigué, ce n’est pas être fatigué ». L’épuisement est en partie psychologique. Elle influe beaucoup l’état d’esprit. Jamais ne se verra une équipe qui gagne 4-0 être fatiguée.

PS : Cela se voit en athlétisme. Celui qui arrive premier, qui devrait être le plus fatigué, passe son temps à faire le tour de piste, à saluer… et les autres sont détruits au sol. Et c’est en raison de l’humeur. Ce sont les endorphines. Ton propre corps génère une confiance en soi. C’est pour cela, seulement un petit facteur biologique justifie l’échauffement. Mais, j’insiste, rien de plus.

AC : Ce qui est curieux c’est que la préparation physique, personne n’en parle, seulement quand l’équipe perd. A ce moment, tout se justifie.

PS : Oui, il semble que tout à coup, ils ne courent plus. Et pourquoi ne courent-ils plus ? Sans doute parce qu’ils sont menés et non le contraire. Quand un joueur fait deux mauvaises passes, la solution n’est pas de courir, mais de se replacer pour se récupérer.

AC : Et la pression. La tension permanente de gagner influe également beaucoup sur le physique.

PS : Cela se note, surtout, dans la récupération. Le stress génère davantage de stress. Les joueurs, dans une dynamique négative ne récupèrent pas bien et cela puisqu’ils sont fatigués. Au Barça, nos entraînements sont basés sur le changement. Jamais nous ne faisons deux entraînements pareils, qui sous-tendent à la même intensité ou tendent au même objectif. Au troisième entrainement égal, les joueurs se dérobent. Cela ne sert à rien. Les habitudes génèrent une certaine stabilité mais aboutissent à l’a détruire. Les joueurs, pour s’adapter au nouvel entrainement, tirent l’énergie stockée et toute l’équipe en bénéficie.

AC : En plus de cela, il faut entraîner la créativité. On ne doit pas tout prévoir, du point de vue footballistique. Cela varie selon les jours, des éventualités du moment. Plusieurs fois, vous changez ce que vous avez prévu le matin.

PS : J’applique les paramètres minimaux, puis ensuite j’observe et si je vois qu’à partir des séries faites, les faire davantage ne sert à rien, j’arrête. Les joueurs perdent l’intérêt et la motivation s’il y a beaucoup de répétition. De tous les entraîneurs avec qui j’ai travaillé au Barça, ceux qui ont le mieux géré cet aspect ont été ceux qui ont obtenu les meilleurs résultats.

AC : Quand je fais des exercices pour les défenseurs, par exemple, je ne pense pas au temps qu’ils mettent pour bien les réussir. Cela dépend de beaucoup de facteurs.

PS : Beaucoup entraîneurs sont angoissés avec cela. Si à un exercice, il manque deux séries, ils sont tout angoissés. Alors que tout va bien ! Souvent, les joueurs veulent savoir exactement quoi faire pour sensibiliser leurs corps à l’effort. Pour cela, moi je tente de les maintenir toujours en alerte. Je ne veux pas qu’ils soient fonctionnaires de l’entrainement. C’est comme cela qu’ils sont motivés, bien que, en étant sincère, la motivation dans le football vient par le but… et rien de plus.

AC : Parlons de la musculation ? Il y a une obsession autour de ça. Beaucoup croient que si tu es musclé, tu joues mieux et tu te blesses moins. Mais ce n’est pas vrai.

PS : Il y a une erreur : toujours associer les blessures à la préparation physique. Dans le football, il y a deux choses : les accidents et les blessures. Les accidents, nous en avons beaucoup, ils sont inévitables et les blessures, que nous avons moins, sont évitables. Utiliser la musculation de manière générique, en mouvement et avec des charges très étrangères au football, est une erreur. La musculation prépare le muscle pour les autres activités qui ne sont pas ceux que le joueur va utiliser sur la pelouse. Et cela, provoque des surcharges. Il faut utiliser la musculation pour améliorer la force axée sur le football, et non pas génériquement. Une autre chose, c’est que de 16 à 19 ans, le footballeur nécessite un renforcement musculaire pour qu’il cesse d’être un citadin anodin et se transforme en un sportif. Mais, si c’est avec le ballon, c’est mieux. Pourquoi ? Parce que le ballon ajoute un élément de coordination qu’il utilise sur le terrain. Si tu fais trois sauts de jambes, comme exercice, mais sans ballon, cela n’a aucun sens. Où et comment tu sautes… tout est différent si tu mets un ballon entre les jambes. Pour cela, tu dois le faire avec ballon. Ce n’est pas pareil de sauter que sauter avec le ballon pour bien se positionner pour faire une passe. C’est pour cela, que la préparation physique du football doit toujours se faire avec le ballon. L’idée précédente est vraiment mauvaise. La question n’est pas de se muscler les jambes, mais d’adapter la musculation à ce que tu vas faire sur le terrain. Le contraire génère des blessures, car le muscle n’est pas préparé.

AC : A cela, il faut rajouter qu’aujourd’hui, la fréquence des matchs est largement plus élevée, et les joueurs ont beaucoup plus de tension. Si tu es dans un grand club, l’obligation de gagner est constante.

PS : Oui. Et d’autant plus, les joueurs vont de la sélection aux clubs et vice-versa. Et il faut être tout aussi bon. Les joueurs varient d’un type d’entrainement à un autre et cela les affectes.

AC : Moi, quand j’arrive dans une nouvelle équipe durant la moitié de saison, je demande toujours qu’est-ce que réalisait le précédent préparateur physique pour ne pas générer de décalage.

PS : De nombreuses fois, c’est de notre faute, les préparateurs physiques, puisque pour être différents, nous avons inventés des choses qui au final, nuisent aux joueurs.

AC : Pour résumer, je crois qu’il y a une préparation concentrée sur le muscle, et l’autre, la correcte, concentrée sur le football, le jeu.
«La victoire est dans les livres, mais le style de jeu reste dans la mémoire des gens»
«Ma philosophie est que la solution existe avant le problème»



Image
Avatar de l’utilisateur
Tele-Santana
Le Mythe
Le Mythe
 
Messages: 25264
Inscription: Mar 18 Novembre 2008 02:52
Localisation: Planète Vegeta



Re: 8 - Andres Iniesta (C)

Messagepar ayoubaoui le Ven 22 Décembre 2017 10:41

Courir à la vitesse adéquate en possession du ballon, vu tous les obstacles que tu rencontres sur un terrain de football, ca implique une maîtrise totale du changement de rythme. Accéleration/décéleration. Iniesta maîtrise ca à la perfection.

En fait on a peut-être cette impression de temps qui s'arrête parce que tous ses mouvements sont faits de changements de rythme. Sur 10 mètres il peut accélérer et ralentir 2 voire 3 fois, du coup on a comme l'impression qu'il ne court jamais, comme s'il flottait. Tito qui le décrivait comme un mec qui ne court pas mais qui "patine", ca colle aussi avec cette idée. Le patin, ce n'est rien d'autre qu'une histoire de changements de rythme.

Mais ce qui m'a le plus marqué chez lui c'est son intelligence. C'est un vrai génie du football. Il se sort de situations compliquées avec tant de "ruse" et d'intelligence...Parfois il va même plus loin. Il crée des pièges pour ses adversaires, juste pour les attirer dans une zone histoire de libérer un autre espace pour un coéquipier ou pour briser un pressing.

C'est un de ses joueurs que tu ne peux pas apprécier pleinement sur 90 minutes, il en faut plus. Parce qu'il offre tellement sur un match qu'en 90 minutes, ton cerveau ne peut pas tout voir et tout comprendre. Il faut le voir souvent, le plus possible. Parce qu'entre son élégance, son dribble, son intelligence, son touché, sa conduite de balle...il y a tant de génie qu'on finit noyé dans un océan de football.
Image

Pep Guardiola enthusiast. Totalement confiant pour la saison 2008-2009.
J'ai hâte au match contre Numancia. :man:
Avatar de l’utilisateur
ayoubaoui
Ballon d'Or
 
Messages: 12989
Inscription: Mar 17 Septembre 2013 01:00
Localisation: Août 2008



Re: 8 - Andres Iniesta (C)

Messagepar Tele-Santana le Ven 22 Décembre 2017 20:15

C'est Riquelme je crois (marqué par Iniesta lors de sa saison au Barça) qui disait que c'était un don de savoir prendre les informations sur l'espace et le temps.
Iniesta c'est exactement ça. La métaphore du patineur lui va très bien. Il ne va pas vite mais c'est imparable pour ses adversaires. Parce qu'il fait ça au bon moment et à la bonne vitesse, j'en reviens au langage Barça il n'a pas un corps d'athlète mais un corps de footballeur. Adapté à ses qualités qui ont été développés à la Masia.

On a l'impression que le temps s'arrête parce qu'il a toujours un temps d'avance et rien ne peut l'arrêter. Cette sensation est multipliée par 2 quand on le voit dans un stade. Dès qu'il a le ballon, on dirait qu'il a tout le temps du monde pour pouvoir faire ce qu'il veut. Et le buste droit, la tête haute, le regard levé. Cœur avec les doigts.

Les éloges sur lui ne sont pas anodines. Ils disent toujours "meilleur footballeur" "celui qui interprète le mieux le football". Elles sont très axées sur le football.
«La victoire est dans les livres, mais le style de jeu reste dans la mémoire des gens»
«Ma philosophie est que la solution existe avant le problème»



Image
Avatar de l’utilisateur
Tele-Santana
Le Mythe
Le Mythe
 
Messages: 25264
Inscription: Mar 18 Novembre 2008 02:52
Localisation: Planète Vegeta



Re: 8 - Andres Iniesta (C)

Messagepar Vince-Blaugrana le Ven 22 Décembre 2017 21:57

Un patineur c'est ça, il glisse sur la pelouse, tout en souplesse, avec une maitrise de l'espace, de la feinte, et cette impression qu'il a des yeux avec une vision à 360°.
Ce n'est pas non plus un hasard si lui, Xavi, Busquets et Messi ont tous ses qualités là, la Masia a sa part.

Comme le dit Ayoub, Messi, c'est incomparable et c'est un mauvais point de comparaison avec n'importe quel autre joueur au monde aussi bon soit-il. C'est moins élégant visuellement, mais c'est parce que ça va plus vite. Les joueurs dits "lents" ont toujours donné cette impression d'élégance, de nonchalance.
Mais la vitesse rend les mouvements encore plus difficiles d'un point de vue de la physique pure. Changer de direction à 30 à l'heure est beaucoup plus difficile qu'à 15. Et si Iniesta est capable de dribbler 2 ou 3 joueurs dans une cabine téléphonique, il n'est pas capable de partir de 50m et d'éliminer toute la défense adverse.
Image
Les meilleurs buteurs de l'histoire :
6. Cristiano dos Santos Aveiro (Portugal): 625
7. Eusébio da Silva Ferreira (Portugal): 624
8. Lionel Messi (Argentina): 608
Avatar de l’utilisateur
Vince-Blaugrana
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 8856
Inscription: Lun 12 Avril 2010 14:41
Localisation: Ballon au pied gauche.



Re: 8 - Andres Iniesta (C)

Messagepar Aimar le Sam 23 Décembre 2017 10:46

L'«effet Iniesta», éloge du ralentissement

C'est un sociologue qui en parle. Super interessant et instructif.
Avatar de l’utilisateur
Aimar
International
 
Messages: 2647
Inscription: Dim 3 Novembre 2013 17:41
Localisation: Rosario



Re: 8 - Andres Iniesta (C)

Messagepar Valderrama le Sam 23 Décembre 2017 11:31

Merci Aimar. Bel article en effet. On retrouve l'un des dada de la formation made in masia avec la fixation de l'adversaire (et la gestion du tempo/pausa).
Ce qu'expliquait Mascherano aussi: Lorsque Guardiola lui avait expliqué le rôle de pivote, il lui demandait non pas de lâcher rapidement le ballon, mais d'attendre que les adversaires viennent ou plus exactement d'avancer avec la gonfle jusqu'à eux, les attirer, les fixer, pour trouver de l'espace ensuite.

Iniesta comme Xavi et Busi en sont des spécialistes. Ils sont sans cesse dans la fixation pour ensuite éliminer soit par le dribble soit par la passe. Une passe sans adversaire n'est pas plus utile qu'un dribble sans adversaire.
Avatar de l’utilisateur
Valderrama
International
 
Messages: 1368
Inscription: Jeu 2 Septembre 2010 19:47



Re: 8 - Andres Iniesta (C)

Messagepar Vince-Blaugrana le Sam 23 Décembre 2017 13:17

C'est aussi pour ça que j'ai toujours trouvé le concept des 3 touches de balle (tarte à la crème des entraineurs) inutile. On ne peut quasiment pas progresser un football avec juste un contrôle et une passe, il faut une fixation, une élimination pour créer une supériorité ou un décalage à un moment donné dans l'action.
Image
Les meilleurs buteurs de l'histoire :
6. Cristiano dos Santos Aveiro (Portugal): 625
7. Eusébio da Silva Ferreira (Portugal): 624
8. Lionel Messi (Argentina): 608
Avatar de l’utilisateur
Vince-Blaugrana
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 8856
Inscription: Lun 12 Avril 2010 14:41
Localisation: Ballon au pied gauche.



Re: 8 - Andres Iniesta (C)

Messagepar Tele-Santana le Lun 15 Janvier 2018 00:53

Iniesta n'était pas à 100% et Valverde a préféré ne prendre aucun risque.

SPORT.
«La victoire est dans les livres, mais le style de jeu reste dans la mémoire des gens»
«Ma philosophie est que la solution existe avant le problème»



Image
Avatar de l’utilisateur
Tele-Santana
Le Mythe
Le Mythe
 
Messages: 25264
Inscription: Mar 18 Novembre 2008 02:52
Localisation: Planète Vegeta



Re: 8 - Andres Iniesta (C)

Messagepar Vince-Blaugrana le Lun 15 Janvier 2018 00:55

Tele-Santana a écrit:Iniesta n'était pas à 100% et Valverde a préféré ne prendre aucun risque.

SPORT.


A partir du moment où il n'était pas titulaire ça paraissait logique.
Image
Les meilleurs buteurs de l'histoire :
6. Cristiano dos Santos Aveiro (Portugal): 625
7. Eusébio da Silva Ferreira (Portugal): 624
8. Lionel Messi (Argentina): 608
Avatar de l’utilisateur
Vince-Blaugrana
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 8856
Inscription: Lun 12 Avril 2010 14:41
Localisation: Ballon au pied gauche.



PrécédenteSuivante

Retourner vers Actu des joueurs 2017/2018

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 8 invités