Le football : son histoire, ses légendes...

Vous pourrez débattre dans ce forum de tout ce qui concerne le football en général.

Re: Le football: son histoire, ses légendes

Messagepar Adrien le Jeu 12 Février 2009 11:20

Sandro a écrit:A vrai dire,je le vois comme un joueur qu'on a encensé de trop et surement que je vois ses moins avant de voir ses plus.


Quand on a, entre 1998 et 2006, entre 10 et 18 ans, soit exactement la tranche d'âge où on a la plus forte propension à rêver, assez vieux pour "comprendre" le foot (tout étant relatif bien sûr) et encore assez jeune pour être émerveillé, et qu'on est supporter de l'équipe de France, ça veut nécessairement dire qu'on a une grande estime pour lui vu son oeuvre sous ce maillot sur cet intervalle de temps, et de ce point de vue, je vois surêment ses plus avant de voir ses moins, je l'avoue.

Mais j'essaie de garder un peu de réserve, je n'en fais pas comme d'autres le #1 absolu qui a écrasé la concurrence, pour moi Figo, Ronaldinho (avec le recul), Rivaldo, ne sont pas moins des génies, mais lui et Ronaldo ont deux carrières qui de part leur dramaturgie et leur "scénario", en feront plus facilement des légendes.
Avatar de l’utilisateur
Adrien
Légende
 
Messages: 750
Inscription: Dim 3 Décembre 2006 22:29
Localisation: Firminy (42)



Re: Le football: son histoire, ses légendes

Messagepar Ppch le Ven 6 Mars 2009 02:55

La carrière d'El Fenomeno : Tout simplement sublime ! :thumbup1:

http://www.dailymotion.com/related/x171 ... ldo_dating
Image
Avatar de l’utilisateur
Ppch
Nouvelle Recrue
 
Messages: 144
Inscription: Ven 8 Décembre 2006 23:25
Localisation: Anfield



Re: Le football: son histoire, ses légendes

Messagepar Adrien le Sam 21 Mars 2009 12:43

Je propose de relancer ce topic de manière à ce que chacun qui le souhaite puisse nous parler des faits qui l'ont marqué, depuis qu'il s'intéresse au football. Il s'agit de partager ses impressions sur des joueurs, voir pourquoi pas sur des matchs, ou des équipes sur une période en particulier. Je commence :


Joueurs :

Rivaldo, le soliste (1)
Image

Vitor Borba Ferreira, né en 1972. 74 sélections, 34 buts. Ballon d'Or, FIFA WP, Champion du Monde, vainqueur de la Copa America, champion d'Espagne, Coupe du Roi, Supercoupe d'Europe, ...Il a tout, tant au niveau du talent, que des distinctions personnelles et du palmarés, pour être considéré comme l'un des plus grands. Joueur imprévisible, il pouvait destabiliser n'importe quel defenseur par ses dribbles en mouvements et ses feintes géniales. C'était surtout un grand buteur, avec une magnifique technique de frappe, tant sur phases arrêtées qu'en cours de jeu. Tout, sauf peut-être le charisme et la présence médiatique souvent nécessaires pour qu'un joueur soit élevé au rang de mythe.

Ses actions (1/2)

Ses actions (2/2)



Javier Zanetti, l'exemple
Image

Né en 1973, 129 sélections, 5 buts. Son faible palmarès est l'unique tâche à relever concernant ce footballeur exceptionnel, exemple de régularité et de professionalisme. Joueur complet, capable d'avoir le même rendement au milieu ou en defense, à droite comme à gauche, il est l'une des valeures sûres du football des années 90-2000. C'est finalement dans le rôle d'arrière droit qu'il fera l'essentiel de sa carrière, et où il s'affirmera comme l'un des plus grands spécialistes de ce poste dans l'Histoire de ce sport.

Ses actions



Luis Figo, le génie
Image

Né en 1972, 127 sélections, 32 buts. Si la génération exceptionnelle du Portugal dont il a fait parti (Baia, Couto, Rui Costa, Paulo Sousa, Joao Pinto, puis Deco, C.Ronaldo, Carvahlo, Maniche,...) avait réussi a remporté un trophée important, nul doute qu'il n'y aurait plus eu aucune réticence à le placer au panthéon des plus grands, mais qu'importe, individuellement, il reste l'un des meilleurs footballeurs de sa génération : ailier droit, il était le cauchemar des defenseurs, avec ses dribbles chaloupés, intérieurs / extérieurs, ses centres meurtriers, ses accélérations dévastatrices, et surtout son exceptionnel coup d'oeil qui lui a permis d'être l'un des meilleurs passeurs décisif que le football ait porté.

Ses actions (1/3)

Ses actions (2/3)

Ses actions (3/3)



Deco, le baromètre
Image

Né en 1977, 61 sélections, 5 buts (encore en activité). Il est la personnification du milieu complet, et, au delà de ses qualités naturelles tant offensives (vision du jeu exquise, très grand passeur, bonne frappe, beau touché de balle) que defensives (impact physique important, lutteur dans les duels, aggressif sur le porteur du ballon), il est le prolongement de son entraîneur sur le terrain, tant en club (avec Mourinho à Porto et Rijkaard à Barcelone) qu'en sélection (avec Scolari). En effet, son sens tactique et son influence sur ses partenaires en font le bras droit du coach. Sa réussite collective (malgré un échec en finale de l'Euro) au niveau européen (2 Ligues des Champions et une Coupe de l'UEFA) et national (Liga, SupeLiga) ne s'accompagne malheureusement pas des distinctions personnelles qu'il aurait mérité en 2004, et dont l'absence lui feront défaut au moment de recenser les plus grands joueurs.

Ses actions


Luis Enrique, le lutteur
Image

Né en 1970, 62 sélections, 12 buts. "No hay mejor campo para sentirse culé que el Bernabeu". Cette phrase peut résumer l'état d'esprit de ce joueur et expliquer pourquoi il était si populaire dans son club. Symbole du barcelonisme, Luis Enrique est également l'un des meilleurs joueurs de la sélection espagnole des annnées 90, participant notamment à 3 coupes du Monde. Joueur polyvalent, il pouvait jouer à tous les postes, excepté defenseur central. Grand buteur quelle que soit sa position, il était aussi un joueur volontaire et toujours motivé.Une énergie et un mentalité qui lui ont permis d'être un exemple pour ses coéquipiers et un leader respecté.

Ses buts



Juan Carlos Valeron, le magicien
Image
Né en 1974, 46 sélections, 5 buts (encore en activité). Il est l'un des joueurs les plus créatifs de sa génération. Passeur adroit et créateur hors pair, il n'était pas buteur, mais il bonifiait ses partenaires de la meilleure des façons. Assez lent balle au pieds, il marquait le rythme par ses passes et ses choix toujours judicieux. Le meneur de jeu par excellence.

Ses actions


Ivan de la Peña, le passeur
Image

Né en 1976, 5 sélections (encore en activité). Un des talents les plus gâchés de ces 10 dernières années. Parti pour être le grand joueur attendu par l'Espagne, grâce à ses performances avec Barcelone dans les années 90, où il étincela aux côtés des Figo, Luis Enrique, et autres Ronaldo, il est allé s'enterrer en Italie avant de revenir un an à Barcelone après un court passage à l'OM. C'est finalement à l'Espanyol qui réussira à offrir une image plus digne de sa qualité, mais sans jamais s'imposer en sélections (5 malheureuses capes). Pourtant, de tous les milieux fabriqués par le Barça depuis 20 ans (Milla, Guardiola, Amor, Xavi, Arteta, A.Iniesta, Fabregas, Crosas, Busquets), de la Peña est l'un des plus talentueux, grâce à son grand sens de la passe décisive, sa technique individuelle, et sa vision du jeu.

Au Barça

A l'Espanyol


Youri Djorkaeff, le soliste (2)
Image

Né en 1968, 82 sélections, 28 buts. Youri Djorkaeff est avec Robert Pires et Franck Ribéry la preuve vivante que la "fabrique" de milieux offensifs de classe mondiale en France ne se limite pas à Zidane. Milieu-avant ou attaquant, Djorkaeff s'est imposé dans toutes les équipes où il est passé. Meilleur buteur de L1 à Monaco, star au PSG, joueur important à l'Inter aux côtés des Zamorano, Ronaldo, Zanetti, et autres Simeone, Djorkaeff a été un maillon essentiel de l'équipe de France championne du monde et d'Europe. Buteur dans les moments importants, il a été pointé du doigt tout au long de sa carrière pour ses excès d'individualisme, mais il n'en reste pas moins un excellent footballeur, capable de renverser une rencontre.

Ses buts à l'Inter

Ses buts à Monaco, Paris, Bolton, France,...




Zinedine Zidane, l'icône
Image
Né en 1972, 108 sélections, 31 buts. Zidane a tout gagné, tant avec ses clubs et sa sélection, qu'au niveau des distinctions personnelles. Ces titres ajoutés à son talent lui assurent une place parmi les "grands" du football. Une technique individuelle époustouflante basée sur un contrôle du ballon inégalé, une ambidextérité que l'on ne retrouve chez quasimment aucun autre joueur et qui lui permet de marquer et de donner dans n'importe quelle position, et une influence rare sur le jeu. Excellent tireur de coups de pieds arrêtés, et homme providentiel en équipe de France, Zidane a cette petite chose en plus par rapport aux autres, quand il conduit le ballon. Ca s'apelle la classe.

Ses passes

Ses buts




Roberto Baggio, le divin
Image

Né en 1967, 56 sélections, 2 buts. L'un des joueurs les plus talentueux que le football ait porté. Il n'avait pas, sur l'ensemble d'un match, la même influence qu'un Figo ou qu'un Zidane, mais sur une seule action, il pouvait faire des choses que ces joueurs ne faisaient que rêver. Sans être le plus régulier dans une même rencontre, il était intrinsèquement incomparable avec les autres joueurs de son époque. Ses courses verticales, ses dribbles, son insolente manie de dribbler le gardien avec une facilité déconcertante, ses passes, ses nombreux buts...en font un joueur exceptionnel. Avec un peu plus d'adresse en finale de la Coupe du Monde 94 (où il a été génial lors des matchs précedents), il devenait un mythe, comme quoi tout se joue à peu de choses, mais pour ses fans, ça ne change rien au fait qu'il est un as parmi les as.

Ses passes

Ses buts





Christian Vieri, le bison
Image

Né en 1973, 49 sélections, 23 buts. Prenez le jeu de tête de Toni, le réalisme d'Inzaghi, la frappe de Del Piero, et vous serez encore en dessous de ce que pouvait faire Vieri. Il a connu beaucoup de clubs, avant de se fixer à l'Inter (puis repartir au Milan, à Monaco, à la Fiorentina !). Ce globe-trotter était avant tout un attaquant hors catégorie, l'un des meilleurs que j'ai pu voir. Avec sa lourde frappe du gauche, son poids sur la defense, son sens du but et surtout sa puissance. J'ai remarqué qu'on avait souvent du mal à en faire l'un des meilleurs attaquants de son temps, pourtant, à mon sens, il en fait largement parti.

Ses buts





Andrea Pirlo, l'architecte
Image

Né 1979, 56 sélections, 7 buts (encore en activité). Pirlo a quasimment réinventé un poste, qu'avaient autrefois occupé des joueurs comme Guardiola, ou Redondo dans un style différent, ou encore aujourd'hui, Xabi Alonso. Chef d'orchestre du Milan triple finaliste de la Ligue des Champions (et double vainqueur) et de l'Italie championne du monde, ses prestations dans ces grandes compétitions lui assurent une image de réference mondiale à ce poste. Parfois pointé du doigt pour sa nonchalance et son manque de régularité, il est pourtant le joueur italien le plus talentueux de sa génération avec Totti.

Ses actions





Dennis Bergkamp, l'artiste
Image

Né en 1968, 79 sélections, 39 buts. LE joueur imaginatif et créatif, capable d'inventer des buts, des actions. C'était surtout, on l'oublie souvent quand on en parle, un passeur décisif exceptionnel, l'un des meilleurs avec Ronaldinho et Figo. Ajouté à sa bonne statistique de buteur, cela en fait un joueur redoutablement efficace. Véritable artiste, il est l'un des footballeurs les plus beaux à voir manier le ballon.

Ses passes

Ses buts





Frank de Boer, le cerveau
Image
Né en 1970, 112 sélections, 13 buts. Frank de Boer est l'archétype du defenseur intelligent et technique. Eloigné des stéréotypes du stoppeur limité balle aux pieds et exclusivemment concentré sur les tâches defensives, de Boer était le premier relanceur de son équipe. Grâce à sa vision du jeu et à la précision de son pied gauche, il pouvait directement trouver les attaquants : le but de Bergkamp contre la Yougoslavie lors du Mondial 98, c'est lui, le fameux but de Bergkamp contre l'Argentine à Marseille, au tour suivant, c'est encore lui. Le célèbre but acrobatique de Rivaldo contre Valence, c'est toujours lui. Grâce à sa bonne frappe de balle, il pouvait également marquer, surtout sur coup-franc.

Relance pour Bergkamp

Relance pour Rivaldo

Coup-franc contre la France

Un coup-franc avec Barcelone

Un autre coup-franc





Phillip Cocu, le polyvalent
Image

Né en 1970, 101 sélections, 10 buts. Phillip Cocu est l'exemple parfait du joueur qui, bien que discret et restant dans l'ombre des autres stars, apporte à son équipe un avantage certain grâce à sa régularité, sa polyvalence, et sa qualité. Cocu était un joueur multi-tâche : récupérateur, relanceur, passeur, et buteur. Cette polyvalence lui permettait d'ailleurs d'être utilisé dans diverses positions, tant en defense (à gauche ou dans l'axe), qu'au milieu, au poste de pivot ou de milieu gauche. Sa longévité lui a permis d'être el capitaine de la sélection néerlandaise, et, même s'il n'a rien gagné avec celle-ci, il est assuremment l'un des joueurs les plus emblêmatiques de son pays.

Ses actions




Marc Overmars, le funambule
Image
Né en 1973, 86 sélections, 17 buts. Quel joueur peut se vanter, dans le football des 20 dernières années, d'incarner mieux que lui le poste d'ailier ? A droite comme à gauche, son côté de prédilection, Overmars a durant toute sa carrière galopé sur l'aile, adressant les meilleurs centres et marquant souvent directement. Joueur très rapide, il avait une capacité étonnante à éliminer l'adversaire en 1 contre 1. Malheureusement, son physique lui portait préjudice et il était souvent à l'infirmerie. Ceci l'a d'ailleurs contraint à arrêter sa carrière à seulement 31 ans, avant de revenir l'année dernière en deuxième division néerlandaise.

Ses actions




Equipes :

Juventus 95-96-97-98 (Marcelo Lippi)
Image

La fameuse Juve de Lippi, triple finaliste de la Ligue des Champions et vainqueur en 1996. Succedant au Grand Milan de Sacchi, la Juventus s'appuyait sur une defense exceptionnelle, composée du gardien Peruzzi, et des arrières Pessotto, Montero, Ferrara, ou encore Luliano. Le milieu était aussi impressionnant avec Deschamps, Di Livio, Jugovic puis Davids, ou Paulo Sousa. Des attaquants aussi réputés que Inzaghi, Vieri, Ravanelli, Vialli ou Boksic, y sont passés, le tout étant orchestré par Del Piero, successeur de Baggio, et Zidane. Les 3 joueurs clefs : Del Piero (sa meilleure période, après 98 il n'a plus été ce joueur vivrevoltant et merveilleux, bien que restant l'emblême de son club et capable de coups de génie), Zidane (le technicien, arrivé seulement en 96 après la première finale de C1, devenu rapidement le meneur de jeu de l'équipe), Montero (le meilleur defenseur, bon duo avec Ferrara, indispensable).

Peruzzi - Pessotto,Ferrara(cap.),Montero,Luliano(Torricelli) - Di Livio,Deschamps,Davids(Jugovic) - Zidane - Inzaghi,Del Piero.

Juventus-Ajax 96





Monaco 2003-2004 (Didier Deschamps)
Image

Avec le Lyon de 2004-2005-2006 (Diarra, Juninho, Essien puis Tiago, Wiltord, Cris, Coupet,...), c'est la seule équipe française sur ces 10 dernières années à avoir été capable d'offrir une image positive au football français en Ligue des Champions, avec un jeu tourné vers l'avant, des joueurs libérés, jouant sans complexe, et beaucoup de spectacle. Malheureusement l'aventure pris fin en finale face au Porto de Mourinho et Deco. Les 3 joueurs clefs : Morientes (exceptionnel attaquant, jeu de tête époustouflant, très bon face au jeu, bon point d'appui), Giuly (capitaine, buteur, accélérateur, sa meilleure saison), Rothen (le penchant de Giuly à gauche, grosse qualité technique, sobre, bons centres, bon duo avec Evra).

Roma - H.Ibarra,Squillaci,Rodriguez,Evra - Giuly,Zikos,Bernardi,Rothen - Prso,Morientes.

Le parcours enLigue des Champions

Le match contre le Real Madrid





Les Pays-Bas 1998-1999-2000 (Guus Hiddink puis Franck Rijkaard)
Image

L'une des équipes les plus talentueuses de ces 20 dernières années, pourtant jamais courronnée, à chaque fois éliminée aux tirs au buts, face au Brésil en 1998, puis face à l'Italie en 2000, tout comme 4 ans auparavant contre la France. La force de cette équipe était d'avoir des joueurs faisant parti des meilleurs au monde à leur poste dans chaque secteur quasimment, notamment la ligne des milieux de terrains. Une équipe tournée vers l'avant, qui aurait mérité un titre vu le football pratiqué et la classe des joueurs qui la composaient. Les 3 joueurs clefs : Bergkamp (l'artiste, LE joueur néerlandais des années 90, créatif, passeur, buteur), Davids (le meilleur milieu defensif du monde, beaucoup d'énergie, superbe récupérateur, bonne frappe), Frank de Boer (le chef de la defense, capitaine et cerveau de l'équipe, meilleur defenseur du mondial 98, magnifique duo avec Stam).

van der Sar - Reiziger,Stam,F.de Boer(cap.),Numan(Zenden/Gio) - Seedorf(R.de Boer),Davids,Cocu,Overmars - Kluivert,Bergkamp.

Pays-Bas vs. Corée du Sud 98

Pays-Bas vs. Yougoslavie 98

Pays-bas vs. Argentine 98

Pays-Bas vs. Brésil 98

Pays-Bas vs. Yougoslavie 2000
Avatar de l’utilisateur
Adrien
Légende
 
Messages: 750
Inscription: Dim 3 Décembre 2006 22:29
Localisation: Firminy (42)



Re: Le football: son histoire, ses légendes

Messagepar Zinjou le Sam 21 Mars 2009 14:43

Tres bon post (ca me surprend plus de ta part) :clapping: :ouehhhh:

J'ai retrouve la plus part des joueurs qui m'ont marqué egalement (T'oublies Batigol, Totti, Gio, Kluivert... :annoyed: )


Petite rectification quand meme : c'est Iuliano et Non Luliano :thumbup1:
Barça o muerte, Ministre Des Affaires Etrangeres du Clan G, Gio siempre en me corazon
Image
Avatar de l’utilisateur
Zinjou
Licencié
 
Messages: 746
Inscription: Mer 29 Juin 2005 11:15
Localisation: Temara (Maroc)



Re: Le football: son histoire, ses légendes

Messagepar Adrien le Dim 22 Mars 2009 14:59

Zinjou a écrit:Petite rectification quand meme : c'est Iuliano et Non Luliano


Bien sûr, c'est le "i" majuscule qui est la même lettre que le "L" minuscule, d'où la confusion.


Claudio Lopez, el 'Piojo'
Image

Né en 1974, 58 sélections, 10 buts. L'attaquant le plus rapide que j'ai vu. Une vraie fusée, ajoutée à une grande adresse face au but. Pour moi, il n'aurait pas du partir de Valence, pour aller à une Lazio qui n'a fait que regresser après une grande période 98-2001. Dans l'ombre de Batistuta puis Crespo en sélection, il amenait un registre différent et des qualités importantes pour une attaque.

Ses buts




Ronaldo, le phénomène
Image

Né en 1976, 97 sélections, 62 buts.Que dire qui n'a pas déjà été dit. Maradona est souvent présenté comme le joueur le plus doué que le football ait porté, mais s'il avait joué entre 95 et 98, il n'aurait peut-être pas été considéré comme le meilleur tant Ronaldo était impressionnant en ces années là. Une accélération devastatrice, une inventivité inégalée, et un grand sens du but, Ronaldo était un joueur à part. Malgré toutes ses indisponibilités, ses statistiques de matchs et de buts sont époustouflantes. On peut se demander ce qu'il en aurait été sans ses problèmes. En espérant qu'il continue encore le plus possible.

Ses actions




Ronaldinho, le maître
Image

Né en 1980, 87 sélections, 35 buts. Le technicien le plus complet des années 2000 : passes, buts, feintes, dribbles, tête,...Comment un joueur aussi complet et aussi merveilleux a pu sombrer de manière si rapide. Son coup de rein extraordinaire et sa vision du jeu en ont fait le meilleur joueur du monde en 2005, un artiste à l'efficacité redoutable. Côté gauche, il a trouvé son meilleur poste. Il pouvait ouvrir le jeu et lancer rapidement les attaquants.

Ses passes

Ses actions



Simão Sabrosa, l' 'autre' ailier portugais
Image

Né en 1979, 67 sélections, 17 buts. Il y a d'abord eu Figo et Sergio Conceiçao, puis C.Ronaldo, Quaresma, Nani. La fabrique de joueur de couloirs au Portugal a été riche ces dernières années. Parmi eux, Simão peut se vanter d'être, derrière Figo, le plus complet et le plus régulier. Un joueur polyvalent doté d'une grande technique individuelle, d'un bon dribble, d'une très bonne frappe, et surtout un excellent tireur de coups de pieds arrêtés. Malheureusement, il n'a pas fait sa carrière dans un grand club, Barcelone le laissant partir à 22 ans pour prendre Geovanni, et Benfica en profitant pour en faire son joueur clef et capitaine pendant plusieurs saisons.


Ses actions



Fernando Morientes, el 'Moro'
Image

Né en 1976, 47 sélections, 27 buts. En compagnie de Raul, il a formé l'un des meilleurs duos d'attaque du football avec Yorke-Cole. Les deux espagnols se trouvaient les yeux fermés. Morientes est un joueur utile par sa qualité dans le jeu aérien, qui lui permet de marquer de nombreux buts, ainsi que sa bonne frappe du pied droit. Bon passeur, il est un joueur d'équipe avant tout. Il a globalement connu ses meilleures années au Real, mais sa meilleure saison, pour moi, est celle qu'il a passé à Monaco, où il est élu meilleur attaquant de la Ligue des Champions.

Ses buts



Francesco Totti, l'idole
Image

Né en 1976, 58 sélections, 9 buts. Le plus grand footballeur italien de sa génération. Joueur à la technique complète, à l'instar de Ronaldinho, Totti est un meneur-passeur-buteur. Véritable artiste balle aux pieds, il est le joueur offensif total, celui qui n'a presque que des atouts dans son jeu. Capable de briller en numéro 10, en soutient, voir en pointe, c'est l'un des joueurs les plus talentueux de son époque.


Ses passes

Ses buts



Ryan Giggs, l'infatigable
Image

Né en 1973, 64 sélections, 12 buts. Etre considéré comme le joueur le plus emblêmatique d'un club qui a pourtant eu dans ses rangs Bobby Charlton, Denis Law, George Best, Eric Cantona, ou David Beckham, ce n'est pas rien. Giggs est avec Maldini le meilleur exemple de longévité, de fidélité, et de régularité au plus haut niveau. Au delà de son importance symbolique à Manchester, il a été pendant de nombreuses années le meilleur joueur en Europe à son poste d'ailier gauche, grâce à sa vitesse, et surtout la qualité de son pied gauche, tant pour les passes que les frappes. L'importance moindre de sa sélection sur la scène internationale lui porte préjudice, mais cela n'enlève rien à son énorme qualité.

Ses actins



Alan Shearer, le buteur
Image

Né en 1970, 63 sélections, 30 buts. Considéré comme le meilleur joueur anglais au milieu des années 90, Shearer a été le meilleur buteur de l'Euro 96. La particularité de ce footballeur est qu'il n'a jamais joué dans un grand club, préférant rester à Newcastle, son équipe de coeur, après avoir évolué à Blackburn. Chez les Magpies, Shearer a été plus qu'une idole et un grand capitaine. Buteur exceptionnel, il pouvait marquer dans n'importe quelle position, très adroit sur les reprises de volée, à l'aise à mi distance, sur coup-franc, de la tête, pied droit, pied gauche,...Un buteur redoutable.

En club

En sélection



David Beckham, la star
Image

Né en 1975, 108 sélections, 17 buts. La carrière de Beckham est peu commune : conspué après la coupe du monde 98, puis adulé la saison suivante, Beckham a sans doute le meilleur pied droit dont peut rêver un footballeur. Une précision chirurgicale, accompagnée de la vision du jeu necéssaire pour profiter de cette adresse magique, qui lui a permis d'enchaîner les passes décisives. Il est en plus un grand tireur de coup franc. C'est le joueur idéal pour jouer sur le côté droit, il ne perd pas son temps à enchaîner les feintes de centres, les dribbles inutiles, il transmet directement le ballon avec une adresse diabolique.

Ses passes

Ses coup-francs

Son top but



Steven Gerrard, le prodige
Image

Né en 1980, 70 sélections, 14 buts. Un joueur unique, incomparable. C'est probablement l'un des joueurs les plus complets de sa génération. Tacle, récupération, passe, frappe, il sait tout faire. Accompagnées à un grand esprit de leadership qui lui a souvent permis de renverser une situation désespérée en emmenant ses coéquipiers avec lui, ses qualités de footballeur ont permis à Liverpool de redevenir un club respecté en Europe, jouant le titre suprême chaque saison.

Ses actions


Patrick Kluivert, l'équipier modèle
Image

Né en 1976, 79 sélections, 40 buts. Buteur à 19 ans en finale de la Ligue des Champions, Kluivert a été très tôt annoncé comme une future grande star du football. Il n'a pas confirmé les espérances placées en lui à Milan, mais une fois à Barcelone, et aussi en sélection, il a enfin été capable de justifier les espoirs autrefois suscités. Car Kluivert a sans doute été l'attaquant le plus complet des années 98-2002. Il avait la technique d'un meneur de jeu, accompagné d'un excellent jeu de passes, lui permettant de donner un grand nombre de ballons de buts, Rivaldo pourrait en témoigner. Son sens du but lui a aussi permis d'être le plus grand artificier de l'histoire de la sélection néerlandaise. A Barcelone il marquait régulièrement, mais il était plus souvent amené à faire jouer les autres, et n'affolait pas les compteurs en termes de buts. C'était aussi un excellent joueur de tête. Il incarne l'attaquant collectif et technique.

Ses buts
Avatar de l’utilisateur
Adrien
Légende
 
Messages: 750
Inscription: Dim 3 Décembre 2006 22:29
Localisation: Firminy (42)



Re: Le football: son histoire, ses légendes

Messagepar Adrien le Mar 31 Mars 2009 21:43

Gohaxj a écrit:Je propose de relancer ce topic de manière à ce que chacun qui le souhaite puisse nous parler des faits qui l'ont marqué, depuis qu'il s'intéresse au football.


La passe décisive :

Une présentation des joueurs que je trouve les plus performants dans ce registre (j'en ai déjà décrit quelques uns plus haut, mais je me contente ici à présenter leur qualité dans la dernière passe ) :


Image Cesc Fabregas

Parmi la génération des jeunes footballeurs, je pense que c'est lui le meilleur passeur. En Angleterre il a dû muscler son jeu et acquérir des qualités qui n'étaient peut-être pas aussi primordiales en Espagne qu'en Premier League, mais il a conservé toute sa technicité et son énorme qualité dans la dernière passe.

Notes :

- Meilleur passeur en Premier League en 2006-2007 et en 2007-2008 avec respectivemment 13 et 20 passes, soit 33 en deux championnats consécutifs. Toutes compétitions confondues, avec Arsenal, son total se porte à 15 passes décisives en 2006-2007 et 23 en 2007-2008.

- Remplaçant au départ dans l'équipe type de l'Espagne à la Coupe du Monde 2006, Fabregas entre contre la Tunisie et offre l'une des plus belles passes décisives de la compétition à Torres. Remplaçant au départ dans l'équipe type de l'Espagne à l'Euro 2008, Fabregas entre contre la Russie lors du premier match et offre à Villa son troisième but. Les deux équipes se retrouvent en demi finales : Fabregas entre, il donne deux passes décisives à David Silva et Guiza.


Image Wayne Rooney

Si on peut trouver quelque chose à reprocher à Rooney, ce n'est certainement pas sa générosité, sa dépense d'énergie, et son sens de la dernière passe. L'arrivée de Berbatov l'a un peu freiné dans ce domaine, mais de manière générale il fait partit des attaquants les plus aptes à réussir l'avant dernier geste.

Notes :

- Avec Manchester, toutes compétitions confondues, il réalise 14 passes en 2005-2006, 14 en 2006-2007, à nouveau 14 en 2007-2008, et 7 en 2008-2009 (en cours).


Image Mikel Arteta

Il est logique pour un joueur formé à l'école barcelonaise d'exceller dans la passe. Arteta a d'autant plus de mérite que, à l'instar de Xabi Alonso, il joue généralement plus bas (même si à Everton il a été souvent placé à droite). Mais son jeu long, son adresse sur phases arrêtées, et sa vista, lui permettent d'assurer une bonne moyennes de dernières passes.

Notes :

- En championnat, 7 passes en 2005-2006, 12 en 2006-2007, 7 en 2007-2008, 7 en 2008-2009 (en cours, mais blessé).



Image Dimitar Berbatov

Je pense que, dans le panorama actuel des attaquants, il fait parti de ceux qui sont les plus impressionnants dans leur capacité à trouver un partenaire démarqué dans la surface de réparation. Il est un peu le successeur de Kluivert : attaquant grand, extrêmement technique, collectif, précis.

Notes :

- A Tottenham, il réalise 28 passes décisives en deux saisons, toutes compétitions confondues (15 + 13). A Manchester, il en est déjà à 9 en championnat (en cours).



Image Xavi

Je ne pense pas connaître de joueur plus adroit dans la passe en générale, avec un pied droit plus précis. Beckham peut-être, et encore. Concernant la dernière passe, il n'est pas le numéro 1 (sa position plus en retrait que des joueurs comme Figo ou Ronaldinho expliquant ceci), mais il fait assuremment parti des références mondiales, surtout depuis cette saison où il n'en finit plus d'augmenter son compteur.

Notes :

- Pour que l'histoire soit belle, il a eu la bonne idée de briller dans son meilleur registre, la passe, en finale de l'Euro, en offrant à Torres le but de la victoire.

- En championnat 13 passes en 2003-2004, puis, toutes compétitions confondues, 11 en 2004-2005, 2 en 2005-2006, 4 en 2006-2007, 9 en 2007-2008, 22 en 2008-2009 (en cours).



ImageRonaldinho

A l'instar de Figo, il est à ranger parmi les plus grands spécialistes de ce domaine. Le coup de patte ajouté à une exceptionnelle vision du jeu font forcement la différence et permettent de devenir une référence en la matière.

Notes :

- En 2002, bien que n'ayant pas encore autant d'influence sur le jeu de ses équipes qu'en 2005, Ronaldinho termine le mondial avec 3 passes décisives.

- En 2006, à San Siro, il offre l'une des passes les plus célèbres de sa carrière : coup d'oeil rapide, ballon brossé, le rebond rend un effet retro, et Giuly marque.

- A Barcelone, toutes compétitions confondues, Ronaldinho a réalisé 17 passes en 2004-2005, 22 passes en 2005-2006, 13 passes en 2006-2007.



Image David Pizarro

David Pizarro est le meilleur passeur de l'AS Roma et l'un des meilleurs du Calcio avec Pirlo.

Notes :

- Meilleur passeur de Série A en 2007-2008 avec 12 passes (13 toutes compétitions confondues). L'année précedente, il délivrait 7 passes en Série A, coupe, et Champions League.

- La saison dernière, il est troisième au classement des milieux réussissant le plus de passes en Italie, avec avec 1905 passes réussies sur 2183 tentatives (87,3 % de réussite). Il est seulement devancé par Javier Zanetti (1483/1624, soit 91,3 % de réussite) et Daniele De Rossi (2051/2264 soit 91% de réussite). Sur 1634 passes offensives, il en réussit 1269 (77,6 %). En tout, 74,9 % de ses passes sont des passes à caractère offensif (vers l'avant).





Image Andrea Pirlo

Il est comparable à Xavi sur plusieurs aspects ; pour moi, il n'a pas un pied droit aussi précis que lui, mais sa vision du jeu est encore meilleure. De part sa position plus en retrait que les autres milieux, il est c'est vrai moins amené à trouver directement l'attaquant, mais ses magnifiques ouvertures peuvent totalement déséquilibrer une defense.

Notes :

- Au Mondial 2006, c'est lui qui trouve la solution en demi finales contre l'Allemagne en servant très intelligemment Grosso sur le premier but italien . Quelques jours plus tard, il récidive, en servant Materazzi sur corner, qui égalise pour l'Italie face à la France.

- Pirlo a été le meilleur passeur des éliminatoires de l'Euro 2008, toutes équipes confondues, avec 4 réalisations.

- En 2007-2008, il effectue 11 passes décisives avec le Milan, 7 en championnat et 4 en Champions League.

- La saison dernière, il réussit 1963 sur 2335 tentatives, soit un pourcentage de 84,1. Plus étonnant, sur 1783 passes offensives, il en réussit 1289 (72,3%). Au total, 76,4 % de ses passes sont des passes à caractère offensif , pourtant il joue assez bas.




Image Juan Roman Riquelme

Un des derniers meneurs de jeu à l'ancienne. Un poste où la qualité de passes est essentielle. Riquelme est doté d'un très bon équilibre précision / vision du jeu qui lui permet d'être l'un des meilleurs passeurs de sa génération.

Notes :

- En 2004-2005, sa meilleure saison en Liga, il atteint le total de 16 passes décisives en championnat.

- Au mondial 2006, il offre lors du premier match de l'Argentine un but à Saviola grâce à une merveilleuse passe en diagonale.



Image Frank Lampard

J'ai hésité à l'inclure, car pour moi ce n'est pas un "grand" passeur, du moins pas aussi grand que la majeure partie des joueurs cités. Un Scholes (a fortiori Beckham) semble a priori plus à l'aise dans l'exercice en question. Mais, j'ai quand même voulu souligner, pour développer l'image du joueur complet que tout le monde se fait de lui, son réalisme dès qu'il s'agit de conclure une action. Il le fait souvent en marquant directement, mais il est aussi un bon passeur décisif (notamment lors de son époustouflante saison 2004-2005).

Notes :

- S'il n'a pas la technique de passes d'un Xavi, un Deco, ou un Fabregas, il s'illustre dans l'avant dernier geste surtout grâce à son très bon coup d'oeil qui lui permet de faire le meilleur choix.

- En championnat, 7 passes en 2003-2004, 16 en 2004-2005. En championnat + Cup, 10 en 2005-2006. Toutes compétitions confondues, 16 passes en 2006-2007, 11 en 2007-2008, 13 en 2008-2009 (en cours).



Image Thierry Henry

On dit souvent qu'Arsenal jouait pour lui, on doit aussi rappeler qu'il jouait également pour ses partenaires : Henry avait beau affoler les compteurs de buts en Premier League, il en est resté un joueur véritablement concerné par l'instinct collectif et le sens de la dernière passe. Il est probablement l'un des attaquants les plus créatifs de sa génération, si ce n'est le plus créatif. Cette qualité se vérifie encore aujourd'hui à Barcelone.

Notes :

- Déjà meilleur buteur de l'Histoire de l'équipe de France, Henry peut se vanter d'avoir réalisé 22 passes décisives chez les bleus. L'une de ses plus mémorables est celle réalisée en Allemagne en 2003, où il offre un but à Trezeguet après une action individuelle exceptionnelle.

- Il réalise 9 passes en Premier League en 1999-2000, 7 en 2000-2001, 5 en 2001-2002, 22 en 2002-2003, 9 en 2003-2004, 15 en 2004-2005, 6 en 2005-2006, 5 en 2006-2007, puis toutes compétitions confondues à Barcelone, 11 en 2007-2008, 9 en 2008-2009 (en cours).

- Déjà, à Monaco, le français avait montré des prédispositions dans le domaine de la dernière passe, lors des deux saisons qui lui ont permis d'être sélectionné au mondial 98 : 17 passes en championnat en tout en 96-97 et 97-98 (8 puis 9), et 5 en coupe d'Europe (4 puis 1), soit 22 en deux saisons, à 20-21 ans.



Image Deco

Un des meilleurs spécialistes de la dernière passe : sans avoir le pied droit de Beckham, Xavi, ou Ronaldinho, sa vision du jeu compense et lui permet de trouver l'attaquant pour le servir dans les meilleurs conditions.

Notes :

- A Barcelone, Deco est le joueur qui s'est le mieux connecté avec Messi : l'argentin sollicitait beaucoup de unes-deux, Deco comprenait ses déplacements et leur entente a souvent permis de débloquer un match. Par exemple, Messi arrache le nul à Brême sur une passe intelligente de Deco, Messi marque au Celtic sur une passe de Deco, Messi marque contre Saragosse sur une passe de Deco, Deco marque contre l'Atletico sur un jeu en triangle Deco-Messi-Deco, Messi marque à Tarragone servit par Deco, Messi marque son second but contre Getafe sur une balle de Deco, il marque à Levante servit par Deco,...

- Toutes compétitions confondues, avec Barcelone, 11 passes en 2004-2005, 7 en 2005-2006, 17 en 2006-2007, 10 en 2007-2008.



Image José Maria Guti

Même s'il n'est pas le joueur le plus populaire d'Espagne, encore moins aux yeux des barcelonais, Guti fait incontestablement parti des grands passeurs de la Liga.

Notes :

- En 2007-2008, il est le meilleur passeur de la Liga avec 17 réalisations.

- Guti n'est pas toujours titulaire et son nombre de matchs ne reflète pas son véritable temps de jeu, car il rentre souvent en cours de rencontre : de ce fait, une moyenne a été calculée en février 2008 sur son nombre de passes décisives cette saison là par rapport aux minutes passées sur le terrain. Avec une passe toutes les 154 minutes, il est le numéro 1 en Liga, dépassant des joueurs comme Ibagaza (une passe toutes les 205 minutes), Marcos Senna (toutes les 205 minutes), Daniel Alvés (toutes les 296 minutes), ou encore Luis Garcia (toutes les 341 minutes).



Image Patrick Kluivert

Sa technique de passes est celle d'un excellent meneur de jeu. Il est très rare de voir un avant-centre avec une aussi grande générosité, une aussi grande propension à exceller dans la dernière passe. Pour moi, c'est avec Henry (bien que les deux soient deux footballeurs très différents) une référence chez les attaquants, en termes d'altruisme et de réussite dans la passe décisive.

Notes :

- En 98-99, pour sa première saison en Catalogne, Kluivert marque 15 buts en championnat : un total qui semble léger dans une équipe autant tournée vers l'avant que Barcelone, pourtant, le néerlandais prouve l'étendu de son registre en ajoutant à ses 15 buts 15 passes décisives.

- A Barcelone, Rivaldo l'ailier gauche marquait plus de buts que Kluivert l'avant-centre, et Kluivert donnait plus de ballons de buts que Rivaldo. La proportion s'inverse chez le duo Ronaldinho-Eto'o, où là c'est l'ailier gauche qui donne plus de passes décisives, et l'avant-centre qui marque plus. Il eût été interessant de voir une doublette Ronaldinho-Kluivert (pas avec le Kluivert en baisse de régime de 2003-2004), deux joueurs extrêmements collectifs, et une autre Rivaldo-Eto'o, deux joueurs très attirés par le but. Je pense personnellement que la première aurait été plus intéressante.



Image David Beckham

Un grand spécialiste, évidemment. Il est très difficile de trouver un joueur ayant un pied droit meilleur que le sien. Sa capacité à faire la passe décisive se vérifie autant sur phases arrêtées que dans le jeu, ce qui est à souligner car pas mal de joueurs sont efficaces dans la dernière passe uniquement quand le jeu est en mouvement, ou inversement, délivrent quasimment toutes leurs passes sur coup de pieds arrêtés (comme Goucuff en Ligue 1 cette saison).

Notes :

- Co-meilleur passeur de l'Histoire de l'Euro avec 5 réalisations.

- Régulièrement dans le haut du classement des passeurs en Premier League.

- Si sa technique de passes lui permet de trouver l'attaquant dans n'importe quelle position, c'est avant tout sur des centres directs qu'il s'est construit sa réputation : depuis 99, il est considéré comme le joueur le plus adroit au monde dans cet exercice.

- En 2005-2006, David Beckham réalise 13 passes décisives avec le Real Madrid (10 en championnat et 3 en Champions League), son meilleur total en Espagne. En 2008-2009, après 8 passes délivrées avec Los Angeles, il en délivre 3 avec Milan, ajoutées à 4 passes avec l'Angleterre, son total se porte à 15 cette saison, à 33 ans.



Image Robert Pires

Pires, Zidane, Henry (rajoutons Wiltord qui n'était pas maladroit dans cet exercice, ainsi qu'Anelka qui chaque année obtient un total honorable pour un avant-centre), la France n'a pas eu les plus mauvais passeurs ces dernières années ! Plus collectif que Djorkaeff ou Ribéry, Pires est avec Zidane celui qui a le plus grand sens de la passe qui fait la différence.

Notes :

- Si Arsenal marquait autant de buts au début des années 2000, c'est surtout grâce à trois joueurs aussi à l'aise face au but que dans la dernière passe : Henry-Bergkamp-Pires, l'un des trios les plus complets et les plus réalistes du football moderne.

- Robert Pires est le passeur "en or" de la finale de l'Euro 2000.

- Robert Pires a déjà réalisé 9 passes décisives cette saison (championnat + Champions League).



Image Ryan Giggs

Généralement moins cité que Beckham dans ce domaine. Sans doute a-t-il plus de qualités naturelles (dribble, vitesse, ...), ce qui fait qu'on met moins avant sa capacité à réussir la dernière passe. Il est pourtant lui aussi un spécialiste sur ces dernières années.

Notes :

- Régulièrement dans le haut du classement des passeurs en Premier League.

- Même sur les dernières années de sa carrière, il est resté efficace : en championnat, c'est 13 passes en 2002-2003, 13 en 2003-2004 (Cup + Premier League), 10 en 2004-2005, 10 en 2005-2006 (Cup + Premier League), 18 en 2006-2007 (9 en championnat, 7 en Champions League, 2 en Cup), 10 en 2007-2008 (5 en championnat, 3 en Cup, 2 en Champions League), 12 en 2008-2009 (5 en championnat, 3 en Champions League, 2 en Cup, 2 en Carling Cup) (en cours).



Image Manuel Rui Costa

Ce n'était pas un grand buteur, il faisait plutôt la différence au niveau de la dernière passe. C'est probablement le joueur qui se rapproche le plus de Zidane en terme de profil : véritable numéro 10, avec une grande habilité dans la relance et dans le jeu propre.

Notes :

- Rui Costa est le meilleur passeur de l'Histoire du Milan AC en Ligue des Champions.



Image Zinedine Zidane

Souvent présenté comme l'archétype du joueur collectif, cherchant avant tout à permettre à son équipe de garder le ballon plutôt que de se lancer dans des courses solitaires vers le but. Sa particularité se situe avant tout au niveau de son ambidextérité : jouant côté gauche à Madrid, il a pu régulièrement offrir la dernière passe en centrant pied gauche, là où un droitier lambda aurait spontanément choisi de se remettre sur sa jambe de prédilection.

Notes :

- Filippo Inzaghi, principal profiteur des passes décisives de Zidane à la Juventus, dit recemment sans nuancer : "Zidane est le plus fort avec qui j'ai joué" (il a joué avec Del Piero, Kaka', Totti, Shevchenko, Rui Costa, Rivaldo,...).

- Plus en retrait que les meilleurs passeurs de sa génération, Zidane est souvent présenté comme l'homme de l'avant dernier geste (mythe ou réalité ?) : le but d'Henry contre l'Arabie Saoudite en 98 sur une passe de Lizarazu (1min58), ou celui d'Anelka contre l'Angleterre la même année sur une passe de Dugarry (2min19), peuvent notamment illustrer sa capacité à faire le décalage sur une ouverture. Lors de ce match contre les anglais Zidane délivre deux passes décisives pour Anelka (l'un des deux buts étant injsutement refusé), et une avant-dernière passe.

- Si Figo a établi une remarquable connexion avec Raul dès sa première saison au Real, Zidane a choisi Ronaldo comme partenaire privilégié : le brésilien est celui qui a le plus concrétisé les passes du français.



Image Luis Figo

Voici l'un des plus grands spécialistes dans ce registre, si ce n'est le plus grand, en témoignent les chiffres. Pourtant, malgré sa précision évidente, on ne sent pas dans son jeu de passes une aussi grande adresse qu'un Beckham ou qu'un Xavi, mais il les dépasse, sans doute que la vision du jeu, incroyablement développée chez ce joueur, fait toute la différence au moment de concrétiser.

Notes :

- Co-meilleur passeur de l'Histoire de l'Euro avec 5 réalisations.

- Il a dépassé les 100 passes décisives en dix saisons en Liga.

- Entre 1999 et 2005, il délivre 29 passes décisives en Ligue des Champions.



Image Dennis Bergkamp

"Many people call me "scorer", but I think I'm an "assistant". Tout est dit dans cette phrase du néerlandais. Ca n'enlève rien à son adresse dans le dernier geste, mais Bergkamp était avant tout un joueur d'équipe et doté d'une grande lucidité au moment de servir l'attaquant.

Notes :

- co-meilleur passeur de l'Histoire de l'Euro avec 5 réalisations.

- Chaque année dans le haut du classement des passeurs en Premier League, même lors des dernières saisons où il avait dépassé les 33 ans (8 en 2002-2003, 8 en 2003-2004, 12 en 2004-2005).

- Son action à Highbury face à la Juventus en Ligue des Champions est restée dans les mémoires et lui a permis de délivrer l'une des plus mémorables passes de l'Histoire de cette compétition.



Il y en a bien d'autres : Pep Guardiola, Michael Laudrup, Xabi Alonso, Marcelo Gallardo, Pavel Nedved, Paul Scholes, ou, plus recemment, Daniel Alvés ou Yohann Gourcuff.
Certains joueurs présentés plus haut méritent largement d'être cités également : Valeron, de la Peña, Baggio, Totti.



Quelques passes :
Au Barça :
Laudrup pour Romario
Guardiola pour Romario
Reiziger pour Luis Enrique
Kluivert pour Saviola
De Boer pour Rivaldo pour Saviola
Ronaldinho pour Xavi
Larsson pour Iniesta
Xavi pour Eto'o
Ronaldinho pour Giuly (vs. Osasuna)
Deco pour Giuly
Marquez pour Henry
Au Real :
Redondo pour Raul
Zidane pour Portillo
Guti pour Zidane
Morientes pour Raul
Beckham pour Ronaldo
Zidane pour Robinho
Zidane pour Ronaldo
Beckham pour Zidane
Beckham pour Raul
Autres :
Figo pour Pauleta
Figo pour Costinha
Figo pour Nuno Gomes (2 passes)
Zidane pour Del Piero
Scholes pour Rooney
Pires pour Trezeguet
Juninho pour Benzema

Edit : c'est corrigé, et merci à toi. :wink3:
Dernière édition par Adrien le Mer 1 Avril 2009 19:47, édité 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
Adrien
Légende
 
Messages: 750
Inscription: Dim 3 Décembre 2006 22:29
Localisation: Firminy (42)



Re: Le football: son histoire, ses légendes

Messagepar Rivaldo89 le Mer 1 Avril 2009 19:24

Merci pour ce gros travail, c'est un plaisir de lire tout ça :thumbup1:

- En 2006, à San Siro, il offre l'une des passes les plus célèbres de sa carrière : coup d'oeil rapide, ballon brossé, le rebond rend un effet retro, et Giuly marque.

T'as pas mis la bonne vidéo.
Image
Avatar de l’utilisateur
Rivaldo89
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 10561
Inscription: Ven 15 Juin 2007 22:20



Re: Le football: son histoire, ses légendes

Messagepar el pandinho le Jeu 2 Avril 2009 01:56

On parle beaucoup du controle de Bergkamp sur son fameux but a la coupe du monde 98, mais là grace à toi Gohaxj, je viens de découvrir celui de Rivaldo ( l'action qui démarre avec la passe de De Boer et qui se termine par le but de Saviola). J'ai du voir 2, 3 vidéos sur les actions de Rivaldo mais je ne suis jamais tombé sur ca. Cet enchainement controle + lob sur le défenseur est tt simplement prodigieux!!! :blushing: Merci pour tous ses articles.
Les Hommes perdent la santé pour accumuler de l'argent, ensuite ils perdent de l'argent pour retrouver la santé. Et à penser anxieusement au futur, ils en oublient le présent de telle sorte qu'ils finissent par ne vivre ni le présent, ni le futur...
Avatar de l’utilisateur
el pandinho
Nouvelle Recrue
 
Messages: 81
Inscription: Jeu 19 Avril 2007 01:25
Localisation: montreal



Re: Le football: son histoire, ses légendes

Messagepar Adrien le Dim 5 Avril 2009 22:22

Oui, je trouve aussi que c'est un geste remarquable. Le premier contrôle est fantastique. Et de rien pour les articles, le but est justement de faire revivre ces moments et les partager, voir de les faire découvrir, car on ne peut pas avoir tout vu.







Des Buts En Or...


Certains buts restent gravés dans la mémoire collective, souvent pour leur esthétisme, ou le contexte particulier dans lequel ils sont marqués, parfois les deux. J'en présente ici quelques uns (la liste n'est pas exhaustive bien entendu) :





Image Pelé Vs. Mexique

A tout Seigneur tout honneur, je commence avec Pelé, qui est souvent considéré comme le plus grand footballeur de l'Histoire. Sa technique et son sens du but lui ont permis d'inscrire des chefs d'oeuvres mémorables. Contre le Méxique, Pelé marque après un magnifique slalom et laisse ses adversaires sur place tels des piquets. Ou comment imiter Maradona 25 ans avant l'original...Pelé était bien en avance sur son temps.

Le but de Pelé contre le Méxique

Image Pelé Vs. Suède

Contre la Suède en 1958, pour sa première Coupe du Monde, le Roi avait déjà marqué les esprits à seulement 17 ans, marquant contre les scandinaves un but sublime après un coup du sombrero.

Le but de Pelé contre la Suède






Image Alfredo Di Stefano Vs. Eintracht Francfort

Celui qui est considéré comme le plus grand symbole de l'Histoire du Real Madrid et comme le grand génie du football argentin, avec Maradona, fait assuremment parti des meilleurs joueurs de ce sport. Il a marqué de très nombreux buts sous le maillot madrilène. L'un des plus célèbres est celui inscrit lors de la Finale de la Coupe d'Europe des clubs champions contre Frankfort. Ce but est à la seconde place des buts historiques du Real Madrid.

Le but de Di Stefano contre l'Eintracht Francfort






Image Geoffrey Hurst Vs. Allemagne

Le ballon est-il rentré ? Voici l'une des questions ayant provoqué le plus de débats dans le monde du football. Aujourd'hui encore, tout le monde n'est pas d'accord, même avec les moyens les plus sophistiqués, il est impossible de déterminer avec certitude si le ballon est entré en entier dans les buts. Ce jour là, en finale de Coupe du Monde, Hurst inscrit trois buts, et devient un héro, lui qui était remplaçant durant les phases de poule.

Le but de Hurst contre l'Allemagne






Image Johan Cruyff Vs. Atletico

Après avoir récité toutes ses gammes à l'Ajax, le légendaire Johan Cruyff a aidé Barcelone à retrouver son rang et est devenu une icône en Catalogne. Parmi ses buts marqués en Espagne, le plus célèbre reste sans doute celui réalisé lors d'une soirée mythique face à l'Atletico, ou le hollandais volant réussit un geste acrobatique d'anthologie en plongeant au second poteau.

Le but de Cruyff contre l'Atletico





Image Michel Platini Vs. Espagne

Parmi les 9 buts qu'il a inscrit lors du seul Euro 1984, le plus célèbre est bien entendu celui marqué en finale contre l'Espagne. Célèbre "grâce" à l'erreur d'Arconada, le portier ibérique, qui après avoir capté le ballon, le laisse filer derrière la ligne fatidique. Un but resté dans tous les esprits, et qui permet à la France de remporter sa première compétition internationale.

Le but de Platini contre l'Espagne





Image Diego Maradona Vs. Angleterre

Peut-être le but le plus célèbre de la planète football. Quelques minutes après avoir marqué de la main, Maradona mystifie toute la défense britannique avant de dribbler le gardien et de marquer dans le but vide. Un but frappé du sceau du génie.

Le but de Maradona contre l'Angleterre





Image Marco van Basten Vs. U.R.S.S.

Van Basten et son célèbre numéro 12, numéro de remplaçant, son statut initial dans cette compétition, van Basten et son adresse inégalée, van Basten et son pied droit magique, qui lui permet non seulement de marquer un but historique, mais en plus en finale de l'Euro, au meilleur moment. Un geste inoubliable, de grande classe.

Le but de van Basten contre l'U.R.S.S.






Image Roberto Baggio Vs. Naples

Contre le Naples de Maradona, le génial Roberto Baggio s'illustre de la plus belle des façons en marquant un but que l'argentin n'aurait pas renié : parti de son camp, il traverse tout le terrain, élimine les adversaires qui ont la mauvaise idée de vouloir lui prendre le ballon, efface le gardien avec toute sa facilité habituelle, et marque un but devenu historique en Italie. "Il est plus courageux que Meazza, plus adroit que Mazzola, et plus fort que Maradona" dit-on de l'autre côté des Alpes.

Le but de Baggio contre Naples


Image Roberto Baggio Vs. Tchécoslovaquie

Pour sa première Coupe du Monde, Il divin codino ne manque pas de s'illustrer. Contre la Tchécoslovaquie, il réalise un magnifique slalom dans la défense. Ce but est en quelque sorte le prélude de tout ce qu'il réalisera 4 ans plus tard aux Etats-Unis, lors de "sa" Coupe du Monde, hélas perdue en finale contre le Brésil de Romario.

Le but de Baggio contre la Tchécoslovaquie






Image Romario Vs. Real Madrid

Romario, justement, a fortement marqué les esprits du côté de la Catalogne. Son but le plus mémorable sous la tunique bleue et grenat est celui inscrit lors d'un Clasico resté dans les annales, où le brésilien marquera trois fois. Le numéro 10 du Barça, réceptionnant un ballon près de la surface, réussit un geste exceptionnel, la virgule, et laisse Alkorta sur place, lequel ne cherchera même pas à rattraper son adversaire tant son accélération est foudroyante. Romario n'a plus qu'à marquer et rendre le Nou Camp euphorique après un tel numéro.

Le but de Romario contre le Real Madrid





Image Ronald Koeman Vs. Porto

Ronald Koeman est probablement l'un des defenseurs ayant marqué le plus de buts. Grâce à sa réussite sur coup-franc, et la puissance de sa frappe, il a régalé le Nou Camp, notamment lors de la saison 1993-1994 face au FC Porto où, recevant un ballon au milieu de terrain, il s'avance et décide de lancer un missile en direction du but portugais. Le gardien ne peut que constater les dégats, et le public ne peut qu'applaudir ce geste si caractéristique du néerlandais.

Le but de Koeman contre Porto




Image Eric Cantona Vs. Sheffield

Le joueur le plus populaire de Manchester est un héro outre-Manche. De tous les buts inscrits avec les Red Devils, celui qui est le plus connu a été réalisé face à Sheffield. Interceptant le ballon au milieu de terrain, il remonte, trouve un appui en la personne de McClair, et pique son ballon qui prend alors une trajectoire étonnante. Ce but reste aussi célèbre pour la réaction du King, qui semble lui même admirer son chef d'oeuvre !

Le but de Cantona contre Sheffield




Image Ronaldo Vs. Compostelle

Entre le but de Maradona contre l'Angleterre, et celui de Messi contre Getafe, Ronaldo a également eu droit à son but en course solitaire. C'était avec Barcelone en 1997. Il fenomeno, contrairement à ses prédecesseur et successeur argentins, était situé côté gauche, et réussissait grâce à sa puissance et sa technique à traverser la moitié du terrain pour aller battre le gardien adverse, médusé par le génie du brésilien.

Le but de Ronaldo contre Compostelle


Image Ronaldo Vs. Lazio

Un an plus tard, Ronaldo fera encore parler de lui, cette fois sous le maillot de l'Inter, et en finale de la Coupe de l'UEFA. Lancé par Zanetti, le brésilien réalise une feinte de corps impressionnante déséquilibrant totalement Marchegiani. Il marque ensuite dans le but vide, inscrivant ainsi l'un des plus beaux buts en "1 contre 1" jamais vus.

Le but de Ronaldo contre la Lazio





Image R.Carlos Vs. France

Le deuxième coup-franc choisit, après celui de Platini, est l'oeuvre de Roberto Carlos, contre la France, en 1997. La trajectoire du ballon innatendue rend ce but unique. De l'extérieur du pied, le defenseur auriverde place une frappe inoubliable : Barthez ne bouge même pas, pensant que le ballon va sortir. Mais il n'en est rien, la balle revient vers le but en laissant le gardien monégasque sur place.

Le but de R.Carlos contre la France





Image Michael Owen Vs. Argentine

A seulement 18 ans, Owen dispute sa première Coupe du Monde, en France. Déjà buteur lors du premier tour face à la Roumanie, le jeune prodige récidive en huitièmes de finales contre l'Argentine, après une superbe course, laissant Ayala et Chamot impuissants et trompant Roa d'une frappe croisée. Cela ne suffira pas à qualifier l'Angleterre, éliminée aux tirs aux buts, mais le futur Ballon d'or s'est déjà fait un nom grâce à cet exploit à Geoffroy Guichard.

Le but d'Owen contre l'Argentine





Image Dennis Bergkamp Vs. Argentine

Un but venu de la planète Bergkamp. Un contrôle merveilleux dans la surface, un rateau pour éliminer Ayala, qui avait déjà tant souffert au tour précédent face à Owen, et une frappe du coup de pied qui fusille Roa et tout le peuple argentin. Les Pays-Bas sont qualifiés pour les demi-finales de la Coupe du Monde grâce à ce but inscrit dans les derniers instants du match. On peut apprécier la réaction du commentateur dans la vidéo...

Le but de Bergkamp contre l'Argentine


Image Dennis Bergkamp Vs. Newcastle


Les mots manquent pour évoquer le degré de génie nécessaire pour marquer un tel but. Servi par Pires, Dennis Bergkamp réalise un grand pont alors que son adversaire est dans son dos. Le néerlandais récupère le ballon après son inspiration et garde sa lucidité pour marquer. Pas besoin d'en dire davantage, les images parlent d'elles mêmes.

Le but de Bergkamp contre Newcastle





Image Ryan Giggs Vs. Arsenal

Si en 1999, Beckham récolte la plupart des lauriers à Manchester, il ne faut pas oublier l'importance de Ryan Giggs, notamment lors de la demi finale de Cup face à Arsenal, où le gallois inscrit un but d'anthologie après une course en solitaire. Sans doute l'un des plus beaux buts de l'Histoire de Manchester.

Le but de Giggs contre Arsenal





Image Thierry Henry Vs. Manchester

En 2000-2001, lors de sa seconde saison à Manchester, Henry marque un but resté célèbre à Highbury, contre le principal concurrent, Manchester United. Recevant le ballon dos au but, le frenchie le contrôle du pied droit en le piquant, se retourne instantanémment et lobe Fabien Barthez. Un des nombreux exploits du Roi Henry dans ce stade.

Le but d'Henry contre Manchester





Image Rivaldo Vs. Valence

Tout est présent dans ce but : le contexte initial (dernière journée de championnat, Barcelone doit impérativemment gagner face à Valence pour arracher à cette équipe la dernière place qualificative pour la Ligue des Champions), le contexte au moment du but (dernière minute de jeu, le score est de 2-2), et l'exploit individuel (contrôle de la poitrine et retourné acrobatique à l'entrée de la surface). Rivaldo, déjà auteur de deux superbes buts dans ce match, inscrit un triplé et signe l'une des plus extraordinaires performances réalisées par un joueur sur un seul match.

Le but de Rivaldo contre Valence





Image Zinedine Zidane Vs. Leverkusen

Le 15 mai 2002 restera une date gravée dans l'Histoire du Real Madrid : c'est la date où le club espagnol remporta sa neuvième C1. A Glasgow, les madrilènes ouvrent le score par Raul mais se font rejoindre. A la fin de la première période, Roberto Carlos hérite d'un ballon côté gauche, il s'appuie sur Solari qui lui redonne intelligemment le cuir. Le brésilien centre et le ballon arrive en cloche jusqu'à Zidane. Ce qui suit restera comme l'un des gestes les plus élégants de ce sport : une volée pleine de grâce qui bat Butt, le gardien allemand. Ce but est classé premier dans le top but de l'Histoire du Real madrid, devant celui de Di Stefano contre Frankfort. La gestuelle du français et l'équilibre de son corps au moment de frapper le ballon sont inoubliables. Ou quand le football devient un ballet... Viva la madre que te pario !

Le but de Zidane contre Leverkusen





Image Dimitar Berbatov Vs. Bayern Munich

LE but dont rêve tout entraîneur. Un jeu d'équipe exceptionnel, à une touche. Berbatov est à la conclusion d'un superbe mouvement des joueurs du Bayer Leverkusen. A la fin, il ne reste plus qu'à applaudir un tel chef d'oeuvre.

Le but de Berbatov contre le Bayern





Image Zlatan Ibrahimovic Vs. Nac Breda

Un but fort surprenant : la plupart des buts marqués en solitaire sont le résultat d'une course rapide, où le joueur destabilise ses adversaires par sa vitesse et sa couverture de balle. Ici, Zlatan dribble plusieurs adversaires seulement avec sa technique individuelle et ses feintes de frappe, sans accélérer. Un but aussi imprévisible que somptueux.

Le but de Zlatan Ibrahimovic contre Nac Breda





Image Ronaldinho Vs. Chelsea

Ronaldinho a marqué beaucoup de buts venus d'ailleurs lors de son passage à Barcelone. Celui inscrit à Stamford Bridge en mars 2005 est peut-être le plus mémorable. Le brésilien, près de la surface, feinte plusieurs fois la passe avant de frapper du pointu sans élang. Petr Cech, stupéfait, regarde le ballon filer dans ses buts. Génial ! L'histoire oublie cependant qu'au départ de l'action, c'est un ballon défensif pour Barcelone, qu'Oleguer transforme en ballon dangereux après une longue ouverture !

Le but de Ronaldinho contre Chelsea





Image Juninho Vs. Marseille

Voici l'un des bijoux du brésilien marqués autrement que sur coup-franc. Contre Marseille au Vélodrome, Juninho slalome entre les defenseurs olympiens et, après un dernier crochet, place une frappe travaillée de l'intérieur du pied. Un but qui illustre parfaitement la technique individuelle du joueur de l'OL.

Le but de Juninho contre Marseille




Image Esteban Cambiasso Vs. Serbie-Montenegro

Il s'agit pour beaucoup du plus beau but de la Coupe du Monde 2006. A l'image du but de Berbatov contre le Bayern, Cambiasso marque après un remarquable travail collectif. Ici, ce sont tous les joueurs argentins qui touchent le ballon avant que l'interiste, bénéficiant d'une talonnade de Crespo, ne loge le ballon au fond des filets avec son pied gauche.

Le but de Cambiasso contre la Serbie-Montenegro




Image Lionel Messi Vs. Getafe

Peut-être le plus beau plagiat de l'Histoire du football ! Le but de Maradona contre l'Angleterre avait déjà été copié, mais jamais égalé. Ce soir là, Messi, déjà comparé à son illustre predecesseur pour ses qualités de dribble et son pied gauche, va réinventer le but en question : dans la même position que Maradona (vers la ligne médiane, côté droit), il va partir en soliste, laissant sur place tous ses opposants. Comme pour essayer de se démarquer un tant soit peu, il concluera du pied droit.

Le but de Messi contre Getafe





Image Kaka' Vs. Manchester

2007 a été l'année de Ricardo Kaka'. Il est le principal protagoniste de la victoire de son club en Ligue des Champions, il obtient le Ballon d'Or, ainsi que le FIFA World Player et inscrit à Old Trafford un but digne de son immense talent. Après avoir effectué un coup du sombrero sur Heinze, il réussit un grand pont de la tête sur Evra, qui percute son coéquipier argentin, impuissant. Kaka' n'a plus qu'à marquer sans réelle difficulté, du plat du pied. Un but de Fuoriclasse.

Le but de Kaka' contre Manchester



Et en bonus...


Image José Touré Vs. PSG

Nous sommes en finale de la Coupe de France, 1983. Cette année là, Nantes est champion de première division. Les canaris sont donc tous proches de réussir le doublé. Le but de José Touré va d'ailleurs dans ce sens : après un magnifique exploit technique (contrôle, jongles, sombrero, demi volée), il inscrit l'un des plus beaux buts des finales de Coupe. Baratelli, le gardien parisien, ne peut rien faire. Malheureusement, les nantais s'inclineront finalement trois buts à deux.

Le but de José Touré contre le PSG

Edit : merci, c'est corrigé, une nouvelle fois. Je constate que tu lis attentivemment, c'est très appréciable.
Dernière édition par Adrien le Dim 5 Avril 2009 23:19, édité 2 fois.
Avatar de l’utilisateur
Adrien
Légende
 
Messages: 750
Inscription: Dim 3 Décembre 2006 22:29
Localisation: Firminy (42)



Re: Le football: son histoire, ses légendes

Messagepar Rivaldo89 le Dim 5 Avril 2009 23:06

Cela ne suffira pas à qualifier l'Argentine, éliminée aux tirs aux buts, mais le futur Ballon d'or s'est déjà fait un nom grâce à cet exploit à Geoffroy Guichard.


Petite erreur à mon avis :secret:

Sinon j'ai mon petit préféré: celui de Bergkamp. Tout simplement somptueux et unique.
Image
Avatar de l’utilisateur
Rivaldo89
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 10561
Inscription: Ven 15 Juin 2007 22:20



PrécédenteSuivante

Retourner vers Le Foot en Général

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Bing [Bot] et 2 invités